Air France – KLM : Les ministres français et néerlandais se rencontrent et créent un groupe de travail

Transport
Wopke Hoekstra , ministre néerlandais des Finances et Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie et des Finances.

Après le raid boursier opéré par l’État néerlandais pour entrer au capital d’Air France – KLM à hauteur de 14%, la tension est montée entre la France et les Pays-Bas. L’acte, qualifié d’inamical et d’incompréhensible par Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, méritait sans doute une petite clarification. Et c’est pour ça que Bruno Le Maire a rencontré Wopke Hoekstra , ministre néerlandais des Finances vendredi 1er mars à Paris.  

 

Point d’hostilité dans l’air entre les deux pays à la lecture du communiqué de presse ayant suivi cette rencontre. Les deux ministres affirment vouloir « continuer d’améliorer sa compétitivité et de consolider son développement pour assurer le succès du groupe ». Ils réaffirment « leur soutien au directeur général, Ben Smith, et aux dirigeants du Groupe Air France – KLM, ainsi qu’aux salariés ». Ils rappellent « leur soutien aux décisions prises par le Conseil d’administration du 19 février qui modernisent la gouvernance du Groupe au bénéfice d’un meilleur fonctionnement ».

 

Enfin, « ils ont convenu de mettre en place un groupe de travail présidé par Martin Vial , directeur général de l’Agence des participations de l’Etat (APE), et son homologue Christiaan Rebergen, trésorier général du ministère des Finances néerlandais visant à renforcer la coopération entre la France et les Pays – Bas avec comme objectifs la bonne gouvernance du groupe Air France – KLM, son développement, sa croissance et l’amélioration des résultats ». Groupe de travail devant plancher sur 7 points*.

Bref, visiblement il n’y a aucun problème à l’horizon. Et de toute façon, si d’aventure il devait  y en avoir un, une commission a été créée pour s’en occuper.

 

*Les 7 points abordés par le groupe de travail

  1. Les participations des deux Etats dans Air France – KLM et la structure de capital de KLM et d’Air France.
  2. Les règles de gouvernance et le respect par les deux Etats de règles de bonne conduite.
  3. La composition du Conseil d’administration du Groupe.
  4. La défense des intérêts des hubs de Roissy – Charles de Gaulle et Schiphol.
  5. Leurs visions respectives sur la stratégie de long terme du groupe Air France – KLM telle mise en œuvre par le management du groupe Air France – KLM.
  6. Les accords du 16 octobre 2003 entre Air France, KLM et l’Etat néerlandais.
  7. Le résultat final devra être équitable et équilibré pour les deux parties. Les deux ministres sont déterminés à aboutir à un résultat final avant la fin du mois de juin 2019.

 

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *