Corsair devrait être encore profitable cette année, sauf imprévu

Transport

Corsair était « substantiellement profitable » lors de l’exercice 2015-2016. La situation financière de la compagnie est saine et, « sauf événement imprévu, nous serons encore profitable cette année » a indiqué Pascal de Izaguirre, PDG de Corsair.

 

Corsair est la seconde compagnie française avec un chiffre d’affaires de 468 millions d’euros réalisé en 2015-2016, sept appareils long-courriers, 3 500 vols effectués et 1,2 millions de clients par an. Lors du vol inaugural Paris La Havane le week-end dernier, Pascal de Izaguirre a réexpliqué sa stratégie : la diversification de son réseau et l’amélioration qualitative du produit.

 

En matière de diversification, il entend diminuer le poids des Antilles et de la Réunion et augmenter celui de l’Afrique qui représente « près d’un quart de notre activité en terme de capacité offerte ».

Il détaille. « Nous volons vers Abidjan 4 jours par semaine et nous passerons cette été à 7 vols en période de pointe. L’objectif étant de voler à terme en quotidien sur la Côte d’Ivoire ».

Sur Paris – Dakar où il affirme avoir « plus de 45% de parts de marché face à Air France » la compagnie propose 5 vols semaine, passera à 6 vols l’an prochain et même 7 vols cet été.

Les dessertes régionales (« bretelles ») sont également un enjeu pour Corsair. Sur l’Océan indien, la compagnie est en attente des droits de trafic entre La Réunion et Maurice. Mais elle a déjà obtenu ceux sur La Réunion – Mayotte (le vol sera néanmoins suspendu entre fin juin et janvier pour des raisons techniques) et la Réunion – Madagascar (1 vol semaine).

 

Pour ce qui est de la montée en gamme, Pascal de Izaguirre explique son positionnement. « Nous n’avons pas choisi le modèle low cost même si nous proposons des tarifs très compétitifs » car face à de grosses compagnies comme Easyjet, Ryanair ou Norwegian, « ce ne serait pas pertinent ». En revanche, avec une vraie classe affaires, une éco premium très compétitive, « nous nous adressons à tous les segments de clientèle ». Le PDG de Corsair ajoute : « Le point d’aboutissement de cette stratégie est la mise en place de notre nouvelle classe affaires » par laquelle « nous achevons maintenant le positionnement de compagnie régulière entamé en 2010 ».

Enfin, le renouvellement de la flotte est également à l’ordre du jour avec la sortie du 1er B747 en septembre 2020 suivi du second en avril 2021 et du 3e en septembre 2021. La compagnie affirme ne pas avoir encore choisi leurs remplaçants.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *