Les aéroports français font une bonne saison mais ne gagnent pas la coupe d’Europe

Transport

L’Union des Aéroports Français (UAF) a présenté les résultats d’activité 2017 de ses membres.

Un trafic en forte croissance

A l’occasion de sa conférence de presse annuelle, l’UAF a présenté les résultats de son enquête sur le trafic passagers 2017 en France.

A leur lecture, il apparait que la croissance du trafic passager en France a été franche en 2017 (+ 5,7%) et elle a même meilleure qu’en 2016 + 3,1%).

Le chiffre est de + 5,8% pour le trafic des aéroports de France métropolitaine et de + 4,8% pour les aéroports d’outremer.

La moins forte que de l’Europe

De bons résultats qui sont toutefois à relativiser. En effet, si les aéroports français ont enregistré une croissance de trafic, celle-ci est restée inférieure a à celle de l’Union européenne qui s’est élevée, elle, à + 7,7% (+ 6,7% en 2016).

 

Pour l’UAF, ce décalage est à mettre sur le compte des déficits de compétitivité du transport aérien en France. D’où l’importante pour l’UAF, des assises du transport aérien qui doivent commencer le 20 mars.

Reste que les aéroports français ont ainsi accueilli au total 197 081 471 passagers commerciaux en 2017.

Des croissances françaises aux origines multiples

La croissance des aéroports parisiens (+ 4,5%) est marquée par la nette reprise de l’activité de Paris‐Charles de Gaulle (+ 5,4%) qui avait été freinée en 2016 (+ 0,3%) par les attentats de novembre 2015 à Paris. L’aéroport de Paris‐Orly enregistre, quant à lui, une croissance de + 2,6% (contre + 5,3% en 2016). Les plateformes parisiennes ont ainsi contribué en 2017 à hauteur de 40,61% à la croissance française (contre seulement 31,41% en 2016).

Les aéroports en région enregistrent de leur côté une forte croissance (+ 7,5%) tirée essentiellement par les très bons résultats des grands aéroports régionaux : + 14,9% pour Nantes‐Atlantique, + 14,6% pour Toulouse‐

Blagnac, + 7,9% pour Bâle‐Mulhouse, + 7,7% pour Bordeaux‐Mérignac, + 7,6% pour Lyon‐Saint Exupéry, + 7,1% pour Nice‐Côte d’Azur, + 6,2% pour Marseille‐Provence.

International et low‐cost

La croissance française a été portée en 2017 par le trafic international (+ 6,8%). Le trafic domestique n’a, quant à lui, progressé que de + 3,4%. En 2017, la part du trafic international dans le trafic métropolitain est passée à 72,71%.

Le trafic en provenance ou à destination de l’espace Schengen a représenté, en 2017, 34,5% des passagers des grands aéroports régionaux métropolitains et 34,1% du trafic des plateformes parisiennes. Le trafic Schengen peut représenter jusqu’à 40% des passagers sur un aéroport comme Nantes‐Atlantique, 39,5% des passagers à Nice, 38% à Lyon ou encore 29,6% à Marseille.

La mise en œuvre des contrôles sur les vols Schengen, suite aux attentats de novembre 2015, a par conséquent entraîné un accroissement considérable des volumes de contrôle expliquant en partie la crise du contrôle aux frontières aériennes de la France, notamment dans les aéroports régionaux.

Le trafic low‐cost porte toujours largement la croissance française. Les compagnies low‐cost ont ainsi contribué en 2017 à hauteur de 56,9% à la croissance française. Plus précisément, le transport low‐cost a contribué à la croissance des aéroports régionaux à hauteur de 73,41% et des aéroports parisiens à hauteur de 39,01%.

La part du low‐cost dans le trafic métropolitain s’élève en 2017 à 31,8% soit une légère augmentation par rapport à 2016 (30,2%). Hors plateformes parisiennes cette part monte à 45,3% (contre 43,3% en 2016).

Reprise consolidée de la croissance outre‐mer

La croissance en outre‐mer est repartie à la hausse depuis 3 ans (2015). Les aéroports d’outre‐mer affichent

une solide croissance en 2017 : + 4,8% (après + 4,8% en 2016). A noter les belles performances de l’aéroport de La Réunion‐Roland Garros (+ 8,8%), de Guadeloupe Pôle‐Caraïbes (+ 4,8%) et de Martinique Aimé Césaire (+ 4,5%).

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *