Quand Easyjet profite des malheurs de ses concurrents

Transport
easyjet
Au 1er trimestre de l'exercice en cours les revenus additionnels ont progressé de 20%.

Easyjet a fini  l’année 2017, et donc le premier trimestre de son exercice décalé (1er octobre 2017 – 30 septembre 2018) en trombe. La fragilité de certains concurrents et la hausse des revenus liés aux ventes additionnelles ne sont pas étrangers à ces résultats.

Un chiffre d’affaire en hausse de 14%

Easyjet explique avoir recensé une croissance positive de ses revenus au premier trimestre avec une augmentation de plus de 14% du chiffre d’affaires total, en partie grâce à la croissance du nombre de passagers et à une importante augmentation des ventes de prestations ancillaires.

 

Le chiffre d’affaires total au premier trimestre a augmenté de 14,4% pour s’élever à 1,14 milliard de livres (1,3 milliard d’euros), reflétant une augmentation d’1,4 million de passagers transportés sur la période, une augmentation de 6,6% du revenu par siège à taux de change constant, une forte augmentation des revenus ancillaires ainsi qu’un gain lié aux taux de change.

 

Le nombre de passagers transportés a augmenté de 8% pour atteindre les 18,8 millions. Avec une augmentation de la capacité de 5,5% à 20,4 millions de sièges et à un coefficient de remplissage de +2,1 points.

Un environnement concurrentiel favorable

Easyjet  explique avoir connu un environnement favorable à son développement commercial durant le premier trimestre de son exercice en cours, notamment suite aux faillites de Monarch, Air Berlin et Alitalia et à l’impact lié aux annulations de vols de Ryanair.

Des revenus additionnels en forte croissance

Les revenus additionnels continuent à bien performer, progressant de 20% à 226,3 millions de livres (257,2 millions d’euros). La dynamique liée aux initiatives sur la stratégie de prix et de produits de l’année dernière, en particulier pour les bagages et le choix des sièges à bord, se poursuit cette année et profite à la fois de la hausse du remplissage et de la diversification de l’offre produit mise sur le marché.

 

De fait, le revenu par siège à taux de change constant, devrait augmenter de 5 à 9% au premier semestre (clos au 31 mars 2018).

Objectif  90 millions de passagers en 2018

Pour Johan Lundgren, le nouveau PDG d’Easyjet, la compagnie «a connu un bon début d’année avec une croissance significative de son chiffre d’affaires en partie liée à l’augmentation du nombre de passagers et à la forte croissance des ventes à bord et options ancillaires, car nous offrons un choix plus important et de meilleure qualité à nos passagers.

 

Nous continuons de nous concentrer sur les coûts, générant environ 30 million d’économies au cours du trimestre, et nous avons finalisé notre acquisition d’une partie des activités d’Air Berlin à Berlin Tegel ».

 

Et d’ajouter « mon but est d’aider Easyjet à aller de succès en succès. Notre approche client continuera à stimuler la croissance et la fidélisation des passagers. Nous enregistrons une forte croissance des revenus, un contrôle strict des coûts, une capacité d’exploitation robuste et un bilan solide. Nous prévoyons de franchir une série de jalons importants en 2018, notamment le déploiement de notre programme estival depuis notre nouvelle base de Berlin Tegel et l’augmentation du nombre de passagers de 80 à 90 million de passagers. Par ailleurs, la moitié du réseau Easyjet connectera les clients à des vols long-courriers, grâce à « Worldwide par Easyjet», et notre flotte dépassera les 300 appareils, notamment grâce à la livraison de nos premiers A321 neo. Nous avons donc beaucoup de raisons de nous réjouir en 2018 ».

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *