La Tunisie confie son ministère du Tourisme à un… agent de voyages

Blog à part

Youssef Chahed, le Premier ministre tunisien, a réussi à créer le buzz à l’international en annonçant l’énième remaniement de son gouvernement. Changement d’alliances ou de parti majoritaire? Pas vraiment. C’est le ministère du Tourisme qui a ému la planète.

 

Le Tourisme, secteur clé pour la Tunisie

On le sait, le secteur est un poids lourd de l’économie du pays. Le tourisme représente 7% à 8% du PIB. Il correspond à 500.000 emplois. Après les attentats au musée du Bardo à Tunis et sur la plage de l’hôtel Riu à Sousse en 2015, la reprise est annoncée pour 2018. Notamment grâce au retour des marchés européens.

 

Ministre du Tourisme de 2015 à octobre 2018, Selma Elloumi Rekik a accompagné la relance de la destination Tunisie, en particulier sur le marché français. Cet été, le pays a reçu 570.000 touristes français cet été, en hausse de plus de 36%. La Tunisie est ainsi revenue dans le Top3 des réservations en agences de voyages. Au printemps dernier, la ministre avait déjà pu annoncer des chiffres flatteurs.

 

Huit millions de touristes sont en effet attendus cette année, et les recettes touristiques sur les 5 premiers mois de 2018 étaient en progression de 32%. En 2017, au global, les recettes du tourisme ont atteint 881M€ (2,690 milliards de dinars).

 

Un nouveau ministre

Or la personne choisie le 5 novembre comme ministre du Tourisme est René Trabelsi. Pourquoi un tel buzz?  Tout simplement parce que l’homme est de confession juive et que le pays n’avait pas nommé de ministre juif depuis… 1956. Doit-on pour autant y voir un message?

 

Très tendance, l’argument communautariste a été repris à l’international à travers la presse, les commentateurs improvisés, etc. De la même manière que pour les nouveaux élus Démocrates aux USA (gay, musulmanes, Amérindiennes…) après les élections de mid-term du 6 novembre. Mais au-delà du symbole –qui se souvient encore des noms et de l’action des « Juppettes » du gouvernement Alain Juppé en 1995?–  cela signifie-t-il quoi que ce soit sur les compétences des individus?

 

Dans le cas de René Trabelsi, il s’agit d’un professionnel du Tourisme. Tunisien, quinquagénaire, il est aussi le patron du tour-opérateur Royal First Travel. Inscrit au registre des agents de voyages en France, il a son siège social en banlieue parisienne, dans le Val-de-Marne.

 

Spécialiste de voyages sur Djerba notamment pour le pèlerinage de la Ghriba, affréteur d’avions pour des clientèles loisirs et affinitaires (juifs ou musulmans), Royal First Travel travaille à la relance d’une ligne Paris-Tabarka depuis deux ans.

 

Quels chantiers pour le ministère du Tourisme ?

 

Un des enjeux majeurs pour le nouveau ministre du Tourisme ? la libéralisation du ciel tunisien. Les tour-opérateurs français sont nombreux à l’avoir évoqué, les difficultés en termes d’offre aérienne sur la Tunisie ont pénalisé leurs activités à l’été 2018. Beaucoup aspirent à pouvoir affréter des vols pour l’été prochain.

 

Si le sujet de la sécurité a été pris en considération, il reste des points d’amélioration pour emporter l’adhésion des clientèles. Par exemple, la formation des employés dans les hôtels, la propreté autour des sites… Sans oublier les axes de développement à dynamiser comme le bien-être, le golf…

 

Les élections législatives et présidentielle sont prévues en octobre 2019. Le nouveau gouvernement, s’il est validé, aura donc moins d’un an pour mettre en oeuvre sa politique. Il doit en effet passer le 12 novembre devant l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) pour obtenir la confiance des députés.

 

Le Premier ministre, chef d’un gouvernement d’union nationale, a remplacé 13 de ses ministres le 5 novembre. Les dernières élections municipales au mois de mai 2018 ont été remportées par les indépendants (32,9 % des voix). Le parti islamiste Ennahdha est arrivé deuxième avec 28,64 % des voix. Le parti Nidaa Tounes a récolté 20,85 % des voix.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *