Face à TUI et Thomas Cook, comment Marietton s’est imposé

Distribution

En une dizaine d’années, le groupe lyonnais a pris une place de leader dans la distribution de voyages en France. Marietton acquiert aussi des tour-opérateurs qui lui permettent d’élargir son périmètre en moyen-courrier et en long-courrier. Soutenu par le fonds d’investissement Certarès, jusqu’où le groupe dirigé par Laurent Abitbol peut-il aller ?

 

Et si le premier groupe de voyages intégré en France n’était pas celui qu’on pense? Alors que le rachat de Transat France a permis à TUI de revendiquer le titre de numéro un, Laurent Abitbol a poursuivi sa route de façon plus « discrète ». Au chiffre d’affaires de l’un (638 M€), on pourrait être tenté d’opposer l’Ebitda de l’autre (15 M€). Désormais les annonces d’acquisition du groupe Marietton se succèdent à un rythme tel qu’on est presque surpris d’apprendre qu’une transaction a pu se réaliser sans lui.

 

Depuis près de 20 ans, certains attendent l’avènement d’un duopole entre TUI et Thomas Cook. Quand pour d’autres les deux géants européens n’arriveront jamais à maîtriser le modèle très éclaté de la distribution (essentiellement composée d’indépendants) et du tour operating à la française. De fait, les difficultés économiques issues du Printemps arabe ont mené les filiales de ces deux groupes à un quasi repli en France, entre gestion de PDV et recherche de franchisés.

 

 

C’est apparemment un français, le groupe Marietton qui est en passe de réussir la conquête du secteur du voyage en France. Au départ de Lyon, l’agent de voyages a su étendre sa toile par le rachat d’agences ou de mini-réseaux vers l’Ouest et le Sud.  Sans oublier des TO complémentaires de sa production. A quand une flotte d’avions ou une compagnie de croisières pour finaliser le modèle ?

Intégration de la production

En tour operating, on a vu cette année Voyamar se positionner comme marque unique. Les anciennes production Ailleurs ont été réaménagées avec celle de Voyamar pour former la Collection Voyamar de 6 brochures selon les axes (Afrique, Amérique…).

 

Héliades, une fois définitivement acquis (après l’accord des autorités de la Concurrence), aura-t-il le même sort? Certes la marque du spécialiste de la Grèce est belle et ancienne. Mais on l’a vu chez TUI avec Nouvelles Frontières,  par exemple, l’intégration passe par une marque ombrelle. Avec Solea, osera-t-on dire que Marietton s’offre « son » Passion des îles? De là à en faire une enseigne sous la marque Voyamar… Il ne s’agit aujourd’hui pour le groupe lyonnais « que » d’une participation de 50%.

 

Dix ans de croissance à contre-courant

Depuis 2008 et le début de la crise économique, les premières difficultés du tour operating français se sont accentuées. 2011 et le Printemps arabe ont obligé à fermer ou presque l’Afrique du Nord et aggravé la situation des TO.

 

C’est pourtant en 2012 que Marietton réussit l’un de ses plus beaux coups, le rachat du groupe Ailleurs (130 M€ de CA). Et ce, grâce à l’appui de son partenaire financier de l’époque, le fonds Siparex. La même année TUI France bouclait le plan social Convergence (550 postes seront supprimés). Et le groupe Thomas Cook reprenait en main les activités de sa filiale France qui affichait une perte de 25 M€.

 

Trois ans plus tard, le rachat d’Havas Voyages (850 M€ de VA, 800 salariés, 250 agences dont 80 franchisés) marque une forme de consécration pour Marietton. Havas, la marque prestigieuse délaissée par Thomas Cook en 2004 et cédée à TUI en 2005, intègre le groupe de Laurent Abitbol. C’est à la fois un apport de clientèle, de volume d’affaires et un levier de négociations.

 

S’il a pris la présidence de Selectour et de ses près de 2.000 agences, Laurent Abitbol vise pour Marietton les 650 agences. Sachant que nombre de membres  du réseau volontaire atteints par la limite d’âge cherchent à céder leur affaire, le boulimique patron n’a que l’embarras du choix! D’autant que son nouvel actionnaire principal, le fonds Certares, a des moyens. Peut-être même assez pour racheter un réseau de taille équivalente…

 

 

Aujourd’hui  : Marietton annonce 1,3 Md€ de volume d’affaires pour un CA d’environ 260 M€ et 465 agences de voyages. A comparer avec les 638 M€ de CA de TUI (chiffres de 2016) et les 377 M€ de Thomas Cook (chiffres de 2017). Avec Héliades et Soléa, deux TO supplémentaires et complémentaires, Marietton accentue le mouvement de concentration du secteur touristique en France, à son profit.

 

Une croissance externe non-stop

Dec 2018 : 50% de Solea (TO)
Dec 2018 : 100% de TourExcel et ATL Voyages (agv)
Dec. 2018 : 100% d’Héliades (TO, réceptif)
Juin 2018 : Giraux Voyages & L’Escale Voyages (AGV)
Sept 2017 Celtea Voyages (agv)
Juin 2017 : OL Voyages (agv sports)
Mars 2017 : Fram Affaires (TMC)
Sept. 2016 : Travel Concept (TMC)
Déc 2015 : Havas Voyages (260 AGV)
Mai 2015: Auchan Voyages (12 AGV)
Déc. 2014 : Préférence (14 AGV + plateaux d’affaires)
Oct 2012: Ailleurs OVP (TO & 55 AGV)
Avr. 2011 : Envol Voyages (8 AGV)
Févr. 2010 : MNV (19 AGV)
Janv . 2008 : Aerosun (TO)

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *