Go Voyages: « il n’en restera que 14 à Paris » après le PSE

Distribution

Les premières réunions de négociation ont commencé chez eDreams-Odigeo France. Les salariés de Go espèrent les mêmes conditions de départ que le précédent plan social, en 2015. Les premiers départs pourraient survenir à la mi-septembre.

 

 

« On a refait les calculs, il ne devrait rester que 14 personnes de Go Voyages à Paris » nous explique un salarié. La direction d’eDreams-Odigeo en France avait annoncé début juin « 82 postes supprimés sur un total de 114″. Mais sur ce total, il y a « déjà 13 postes vacants » confie un salarié. Et avec les départs en cours des derniers salariés du précédent PSE, on arrive à 14 salariés qui resteraient en poste.

 

Contactée, la direction d’Odigeo déclare que « c’est inexact ». « Nous vous confirmons qu’il y a en ce moment 115 personnes dans le bureau parisien et que ce projet concernerait au maximum 82 collaborateurs en France » nous est-il précisé.

 

 

Consultation et négociation

Pour l’instant, c’est le début de la procédure entre direction et représentants des personnels sur le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Avec les différentes réunions sur les modalités de consultations,  heures de délégation, etc. « Les choses devraient aller vite, « les premiers départs pourraient intervenir à la fin de l’été, à la mi-septembre » nous indique un salarié.

 

 

« Nous nous consacrons pleinement à la procédure de consultation et de négociation avec les organisations syndicales et les représentants du personnel pour gérer cette procédure de la meilleure des façons possibles. La priorité pour nous est d’accompagner nos équipes » indique Odigeo dans la même déclaration. « Nous travaillons à l’heure actuelle, avec l’aide de partenaires, sur différentes solutions pour offrir à nos collaborateurs des possibilités de mobilité en interne ou de recherche d’emploi. » nous est-il précisé.

 

 

Quelles indemnités ?

S’il est encore trop tôt -dans la négociation- pour connaître le montant des indemnités de départ, les salariés ont en mémoire le précédent PSE, en 2015. A l’époque, la direction de Go Voyages-eDreams-Odigeo avait budgété 8 M€ pour 112 postes supprimés. Mais « tout n’avait pas été utilisé » dû à des formations moins chères, des congés de reclassement moins longs…).

 

 

En termes d’indemnités de départ, trois paliers avaient été décidés en plus des indemnités conventionnelles: de 1 à 3 ans d’ancienneté, les salariés touchaient 1,25 mois de salaire par année d’ancienneté, de 4 à 8 ans d’ancienneté, 1 mois de salaire et pour ceux qui avaient plus de 8 ans d’ancienneté, 0,7 mois de salaire.

 

 

Au vu des bons chiffres annoncés par le groupe eDreams-Odigeo pour les 9 premiers mois de 2017, avec un « bénéfice net ajusté à 19,4 M€ en augmentation de 78,9% », les salariés espèrent avoir « au moins » la même base d’indemnisation que leurs anciens collègues en 2015.

 

 

 

 

 

 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *