Thomas Cook/ Jet tours : Jean Dionnet (Univairmer) ne mâche pas ses mots !

Distribution

Jean Dionnet, président d’Univairmer, annonce 192 K€ de « décalage de trésorerie» dû à la reprotection des clients Jet tours. Le patron du réseau est remonté contre la gestion de crise de l’équipe managériale de Thomas Cook France. Franchisé TC, Univairmer est candidat à la reprise de 8 agences Thomas Cook de plus.

 

« Jet tours est vide » assène Jean Dionnet. Le président du réseau Univairmer (67 agences en propre dont 24 Thomas Cook) a un avis sur l’avenir du TO et des agences Thomas Cook, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est tranché. Le projet présenté par l’équipe managériale au tribunal de Nanterre  le 5 novembre (reprise de Jet tours et de 50 agences TC) aura beaucoup de mal à être viable selon lui. Déjà parce qu’il n’y a plus de Club Jet tours. Les hôtels de ces clubs ont soit trouvé un contrat de remplacement avec d’autres TO (Alpitour, Boomerang, TUI), soit en cherchent un autre. Ensuite, « l’équipe managériale (de Thomas Cook France/ Jet tours) a très mal géré la crise ».  Et de citer l’exemple des relations avec les fournisseurs : « certains ont été réglés, d’autres pas ».

 

« Nous avons dû payer 192.000 euros pour nos 360 clients sur place. Il leur restait 2 jours, 4 jours, une semaine ou plus sur leur séjour. Il a fallu retrouver des billets d’avion…».  Ce trou de près de 200 K€ n’est qu’un « décalage de trésorerie » explique Jean Dionnet. « Notre RCP avec Hiscox couvre ces 192.000 euros (moins 4.000€ de franchise). » L’entreprise récupérera un jour ce qui n’est « pas une perte » et « n’impacte donc pas le résultat ».

 

Un référencement impossible

Toutes les agences de voyages tierces et franchisées ont dû repayer. Laurent Abitbol (que par ailleurs la marque Jet tours intéresse) a déclaré cette semaine qu’il ne référencerait plus le TO chez Selectour  si c’est l’équipe managériale qui le récupère.  Il y a de fortes chances que Leclerc en fasse de même. En tout cas, pour Univairmer, c’est fini ! « On a encore, comme tous les franchisés, des PNR bloqués pour des départs prévus le 21 décembre.  Pour les chambres d’hôtels c’est bon, mais on n’a toujours pas l’aérien qui est chez Jet tours. Si on doit repayer des billets maintenant, les prix sont beaucoup plus chers… »

 

Jean Dionnet estime à « 14%, soit 14 M€ » la part des ventes Jet tours dans le volume d’affaires global (100 M€) d’Univairmer.  Sachant que le réseau a racheté, il y a quatre ans, en octobre, 24 agences Thomas Cook qui représentent un tiers de son parc en propre (67 agences fin 2019). Ces points de vente arborent tous aujourd’hui une enseigne avec la marque Univairmer. « En attendant d’en trouver peut-être une autre…,  un cabinet en communication travaille sur le dossier. »

 

Huit agences TC de plus ?

Dans le cadre du redressement judiciaire de Thomas Cook, le réseau s’est porté candidat au rachat d’autres agences TC. Depuis l’audience du 5 novembre, il a amélioré son offre : « 8 agences dans l’Ouest, le Sud-Est et le Centre » contre 9 initialement. S’il a peu de chances de les obtenir au vu des propositions  plus globales d’autres acteurs, le patron d’Univairmer signale qu’il « met plus » par agence.

 

« Le juge-commissaire peut décider de nous en accorder quelques-unes même si elles figurent dans une offre plus large en évaluant la répartition des risques. » Et de préciser que le CE a adressé « une lettre de confort au juge pour attester des très bonnes conditions de la précédente reprise avec une bonne intégration des collaborateurs Thomas Cook ».  Réponse le 19 novembre au tribunal de commerce de Nanterre

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *