VIDEO – Laurent Abitbol après sa réélection : « je serai toujours le boss de Selectour »

Distribution
Laurent Abitbol, président de Selectour, en compagnie de Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage, à l'hôtel Bristol le 29 juin 2017.

Une semaine après sa réélection et à l’issue d’un conseil d’administration « uni et en ordre de marche », Laurent Abitbol a convoqué la presse professionnelle, pas tant pour s’excuser auprès des journalistes après les avoir exclus de la dernière assemblée générale, mais pour montrer qu’il est bien « toujours le patron de Selectour » et ce malgré l’abandon d’une augmentation du capital.

« La New Coop, je ne sais pas ce que c’est aujourd’hui » affirme tout de go Laurent Abitbol qui concède que le terme « porte malheur et qu’il faut en changer le nom ».

 

Un nouveau nom pour traduire la nécessité de réforme du réseau peut-être à venir mais ce qui en faisait l’ossature, à savoir l’augmentation de capital, a été abandonné. « J’ai écouté les adhérents. J’ai vu qu’ils n’étaient pas d’accord donc je renonce à une augmentation de capital. C’est aussi simple que cela » affirme Laurent Abitbol qui après sa victoire à la présidence du réseau par 8 voix contre 7 ne se sent « pas du tout affaibli. Si c’était le cas, je partirai ».

 

 

Dans son projet de mettre en place une coopérative réformée, le dirigeant reconnait « ne pas avoir su adapter son discours », notamment vis-à-vis des plus petits et n’hésite pas à parler « d’une mauvaise communication ».

 

Qu’importe. Selectour dispose de « fonds propres assez importants » et a réalisé « des gains exceptionnels en 2017, de l’ordre de 4,5 millions d’euros ». La moitié sera reversée aux adhérents et l’autre moitié permettra d’investir, dans la technologie notamment. Dans son souci justement d’être propriétaire de sa technologie, le réseau devrait faire « un emprunt d’environ 2 millions d’euros ».

 

Maintenant que le conseil d’administration est « uni et en ordre de marche », le président de Selectour insiste sur l’importance « d’un bon pilotage des ventes » géré par le siège. « Nous allons établir un contrat gagnant-gagnant avec les fournisseurs. Ces derniers devront pour cela s’engager sur des objectifs. Nous leur demanderont plus mais en retour on leur rendra bien » résume le dirigeant qui parle « d’une dizaine de TO qui pourraient figurer dans une catégorie gold, à l’image de ce qui existe déjà chez Havas ». « Je mets toute mon énergie dans les contrats et les négos » proclame Laurent Abitbol.

 

Autre annonce du président réélu, la mise en place d’un « incentive quotidien pour les bons vendeurs tourisme » à compter de janvier prochain.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *