La reconnaissance faciale débarque pour le carnaval de Rio

i-tourisme

La grande nouveauté technologique du carnaval de Rio en mars prochain sera la reconnaissance faciale. Elle servira non pas aux festivités mais assurera la sécurité de l’évènement. 

 

Rio de Janeiro. Son carnaval, ses costumes pailletés, ses plumes, ses chars, ses rythmes endiablés et ses caméras à reconnaissance faciale. La municipalité de Rio qui s’apprête à accueillir son plus important événement touristique, du 2 au 9 mars prochain, a, cette année fait entrer la technologie dans les rues de la ville. Comme l’a annoncé hier le nouveau chef de la police militaire de l’État de Rio, Rogério Figueredo dans un journal local, un logiciel de reconnaissance faciale devrait être installé dans un premier temps dans le quartier touristique de Copacabana. Le carnaval implique des renforcements sécuritaires importants  puisqu’il attire chaque année les foules et en particulier les touristes qui sont plusieurs milliers à faire le déplacement.

Lutter contre la criminalité

 

Alors que le pays fait face à une recrudescence de la violence, la police militaire brésilienne s’est adossée à la politique d’extrême droite du nouveau président, Jair Bolsonaro dont la ligne en matière de lutte contre la criminalité est très dure. Le gouvernement entend ainsi moderniser sa sécurité pour faire face à cette délinquance caractérisée par des vols en bandes ou pire par des fusillades impliquant des gangs de narcotrafiquants.

Le système bientôt effectif à Rio, enregistre les visages, les plaques d’immatriculation, les attitudes et les objets. Dans le cas présent, il permettra d’identifier plus rapidement un individu sous le coup d’un mandat d’arrêt ou un véhicule suspect grâce à sa plaque minéralogique. Un message d’alerte sera alors envoyé à la voiture de police la plus proche. Si le dispositif doit pour l’instant être cantonné à l’espace très populaire et touristique de Copacabana, il est par ailleurs amené à se développer dans d’autres quartiers de la métropole.

 

Le Brésil s’inspire de la Chine

 

Cette initiative est le résultat d’un partenariat entre la police et l’opérateur de télécommunication brésilien, Oi qui met à disposition des autorités le logiciel lui-même développé par le fournisseur chinois Huawei. Ce n’est pas la première fois qu’une ville brésilienne a recours à cette technologie. En effet,  elle est testé depuis la fin de l’année dernière dans la ville de Campinas dans l’État de São Paulo et dans l’état de Bahia. Selon André Von Zuben, secrétaire au développement économique, social et touristique de Campinas, plus de 130 personnes ont déjà été arrêtées avec l’utilisation du système de surveillance des véhicules.

Largement utilisée en Chine pour le contrôle gouvernemental dans les lieux publics (aéroports, rues et parcs…), la reconnaissance faciale est amenée à se déployer dans de nombreuses villes au Brésil.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *