La « start-up nation » gagne les îles

i-tourisme

Les territoires d’Outre-mer commencent à prendre de l’ampleur dans le monde très concurrentiel et « métropolitain » de la French Tech. De nouveaux concours d’innovation ont émergé récemment comme le Tech4Islands Awards organisé par le Digital Festival Tahiti.

 

La « start-up nation », axe majeur de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, ne doit pas exclure les territoires d’Outre-mer. Or, parce qu’elles sont « éloignées de la capitale et de ses dispositifs d’aide aux start-up, les entreprises innovantes d’Outre-mer n’ont pas toutes accès au même accompagnement », peut-on lire dans un article du Figaro. Les obstacles sont en premier lieu d’ordre financier, les banques étant plus frileuses à accorder des prêts pour les jeunes entrepreneurs basés en Outre-mer. En témoigne la récente mise en garde de la Fédération des entreprises Outre-mer (Fedom) auprès du gouvernement concernant les délais de paiement des factures dues aux entreprises des DROM. Elle a ainsi demandé au ministère de l’Economie des « mesures concrètes » concernant ces retards qui constituent un handicap majeur pour le développement économique et pour l’emploi.

 

Une approche « tech for good »

 

Les efforts pour valoriser « l’esprit start-up » au-delà de la métropole ne sont encore qu’à leurs balbutiements. Depuis quelques années, les premiers concours d’innovation destinés à promouvoir le tissu « ultramarin » de start-up voient le jour. En décembre 2017, le ministère des Outre-mer lançait « Projets Outre-mer », un concours d’innovation dédié aux initiatives et aux projets innovants des citoyens des Outre-mer, dans le cadre des Assises des Outre-mer. Plus récemment encore, le Digital Festival Tahiti 2019 a donné naissance au Tech4Island Awards, le premier concours international francophone qui développe des solutions « Tech for Good » pour les îles. Avoir une démarche « Tech for Good » implique en fait de se préoccuper de l’impact sociétal de l’innovation ; il s’agit de la technologie au service du bien commun, de l’humain et non plus seulement au service du profit. Placé sous le Haut Patronage du Président de la Polynésie française, le Tech4Island Awards a pour objectif de repérer les pépites nationales ou internationales qui ont en commun de développer des solutions innovantes en matière de smart tourisme, économie bleue, économie circulaire et innovation publique.

Lancée le 15 avril 2019, cette première édition s’adresse à toutes sortes d’entités entrepreneuriales, start-up, PME-PMI mais aussi des centres de recherches et universités à travers le monde. L’appel à candidatures se clôturera le 20 juin 2019 pour une remise des prix au prochain Digital Festival Tahiti, du 16 au 19 octobre 2019 à la Présidence de la Polynésie française.

 

Devenir une « smart island »

 

Le modèle économique et sociétal liés au développement des start-up peut représenter un moyen pour les îles de contourner certaines contraintes, et en premier lieu… leur insularité ! De plus, les risques que fait peser le changement climatique sur ces terres les incite à devenir des « smart island », des îles intelligentes, entreprenantes, performantes et inclusives, créatrices d’emplois nouveaux et de développement durable. Toutefois, ce nouveau concours n’aurait sans doute pas pu avoir lieu sans la labellisation de la Communauté Polynesian Tech par la mission French Tech. Cette entrée dans l’un des plus grands réseaux de l’innovation internationale devrait ainsi permettre à la communauté polynésienne de bénéficier d’une nouvelle vitrine pour grandir et faire valoir ses valeurs d’innovation et de respect de l’environnement.

Les lauréats de ce concours polynésien recevront un prix de 8500 euros, un accompagnement personnalisé auprès des institutionnels et CEO des entreprises et groupes de Polynésie française. Un prix Spécial Outremer de 5 000€ (600 000 XPF) sera décerné à un candidat issu d’un pays et territoire d’Outre-mer pour mettre l’accent sur ces régions.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *