L’Open Tourisme Lab se prépare pour la cuvée 2019

i-tourisme
Open Tourisme Lab

Le rendez-vous des professionnels du tourisme, Terres d’innovation, s’est achevé mardi 4 décembre avec de nouvelles perspectives pour le tourisme de demain. Sera-t-il porté par une majorité de start-up? L’accélérateur de jeunes pousses, Open Tourisme Lab, en est convaincu.

 

À tous ceux qui ne le connaissaient pas encore, l’accélérateur de start-up, Open tourisme Lab, s’est illustré lors de l’événement Terres d’innovation le 4 décembre dernier au musée du Quai Branly à Paris. Ce rendez-vous organisé par France Tourisme Lab à l’occasion de son deuxième anniversaire, avait pour objectif de faire découvrir les acteurs de l’innovation touristique en France. Au sommaire de cette tête d’affiche, l’Open Tourisme Lab et ses quelques start-up issues de la 1ère promo et de celles à venir. Créé en 2017, l’Open Tourisme Lab est implanté dans la région de Nîmes dont il bénéficie du soutien (précisément région Occitanie et Nîmes Métropole). Il s’est fixé comme objectif de guider pendant un an des start-up déjà lancées pour les rendre plus visibles sur le marché. Cela passe notamment par l’amélioration de leur business model, par un accompagnement sur des cibles marketing. “Nous mettons en place un programme d’action en aval de l’incubation, destiné à optimiser les petites imperfections, les aspects technologiques, le design”, précise Emmanuel Bobin, CEO d’Open Tourisme Lab. Derrière ces éléments fonctionnels, l’Open Tourisme Lab, c’est aussi et surtout un réseau, France Tourisme Lab, dont peuvent bénéficier les start-up nouvellement promues. Parmi la pléiade d’accélérateurs comme OTL, le Welcome City Lab, le Slow Tourisme Lab, le Tourisme Innovation Lab et d’autres en cours de positionnement, participent en synergie à construire le tourisme du futur. Un positionnement régional s’avère ainsi être une force pour des zones touristiques majeures comme l’est l’Occitanie par exemple. “L’accélérateur de start-up est une ambition et une chance pour notre région pour développer sa compéititvité et ses parts de marché en matière touristique. Le tourisme fait partie des grands atouts de notre économie. Il génère 14 milliards d’euros de recette, soit 10% du PIB régional”, indique Emmanuel Bobin.

 

Un appel à candidature lancé jusqu’au 1er janvier

 

À l’occasion du rendez-vous Terres d’innovation, l’accélérateur nîmois a ainsi pu rappeler qu’il renouvellait son appel à candidature pour l’an prochain. Ouvert depuis le 1er novembre, ce “concours” s’adresse aux start-up et PME françaises ou étrangères disposant d’une immatriculation en France au 31 janvier 2019. Autre critère obligatoire : elles doivent s’inscrire dans le développement de solutions innovantes en lien direct ou indirect avec des acteurs du tourisme. Les entreprises intégrant l’accélérateur bénéficieront d’une aide afin de couvrir l’intégralité des frais d’accélération. Les entreprises présélectionnées seront auditionnées entre le 21 et le 26 janvier avant une intégration à la nouvelle promotion début mars 2019.

 

Le tourisme durable, tendance 2019 ?

 

Trois familles de start-up se profilent dans le réseau OTL, selon Emmanuel Bobin : “Nous avons des start-up de solutions logicielles (CMS, big data, intelligence artificielle) pour optimiser un process, des solutions de type marketplace ou des applications mobiles et enfin, des solutions hybrides (des objets ou IoT)”. Depuis un an, des thématiques tendancielles semblent émerger et parmi elles, ce dénominateur commun. Beaucoup de projets se sont construits en réaction aux modèles internationaux de réservations d’hébergement sur le net que sont Airbnb ou Booking et qui brassent tout sur leur passage. L’idée n’est pas de réinvestir leur terrain déjà défriché mais d’apporter une plus value locale, d’impliquer les territoires sur le partage de la valeur et de repenser les modèles avec les acteurs locaux. Le tourisme durable apparaît donc sans conteste comme l’un des principaux créneaux porteur. Les sujets Big Data, blockchain, intelligence artificielle font évidemment aussi partie des tendances durables. Ce sont des outils que manipulent par exemple des start-up comme Cognidis, une plateforme prédictive de connaissance client ou encore Doyoogo, un metasearch de référence pour les Tours & Activités.

Plus qu’un accélérateur, Open Tourisme Lab s’apparente pour beaucoup de start-up à un tremplin. Quand certaines auront été primées lors de concours de start-up (Kookooning, Biodiv’go, Geovina), d’autres voient déjà grand. Le French Wine Tour entend ainsi révolutionner l’oenotourisme en France, en Europe et pourquoi pas dans le monde.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *