Nouvelles technologies et cybersécurité : les Français manquent encore d’information

i-tourisme

L’importante médiatisation du RGPD semble avoir porté ses fruits. Les Français semblent de plus en plus acquis à la cause de la protection des données, en témoigne une récente étude de Yougov sur le sujet. Toutefois, il reste encore des confusions à éclaircir. 

 

Les affaires de fuites de données se suivent et se ressemblent. La législation en vigueur sur la protection des data tend quant à elle à se durcir. Qu’en est-il des principaux intéressés, les internautes ? Qu’en pensent-ils ? Sont-ils suffisamment informés ? « La transformation numérique de notre société passe inévitablement par la confiance numérique« , explique Raphael Bousquet, VP Europe du Sud chez Palo Alto Networks. Cette société américaine spécialisée dans les solutions de sécurité pour les réseaux et les ordinateurs vient justement de rendre une étude, réalisée par l’institut Yougov sur le rapport des internautes à la cybersécurité sur plusieurs continents (Europe, Moyen-Orient, Afrique). Résultat, en ce qui concerne la population française, celle-ci semble afficher une certaine prise de conscience sur le sujet, bien que certaines confusions persistent.

 

Tout d’abord, la thématique sur laquelle les Français sondés se rejoignent quasiment à l’unanimité est la protection des données. Sur ce point, 77% d’entre eux estiment faire tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger leur vie numérique et éviter la perte de leurs données. Les récents scandales qui entourent les géants du net (GAFAM, réseaux sociaux…), et leur médiatisation, ont contribué à alerter les citoyens devenus de plus en plus avertis sur cette question. En effet, six mois après l’entrée en vigueur, 65% des Français avaient entendu parler du RGPD selon un sondage Ifop et c’est d’ailleurs le même pourcentage de personnes dans l’étude Yougov qui a déclaré être inquiètes quant à l’incertitude pesant sur la protection de leurs données. Là où le bât blesse, c’est lorsque plus de la moitié des Français pensent que c’est un acteur tiers (un opérateur mobile, le gouvernement ou la police) ou ne savent tout simplement pas qui est responsable de la sécurité de leurs données personnelles. 42% pensent à raison qu’ils sont les seuls responsables de la protection de leurs données personnelles.

 

L’évangélisation à la cybersécurité

 

Si la confiance envers le monde du numérique est globalement bonne – constat qui s’explique notamment par le nombre peu élevé de cyberattaques constatées auprès des personnes sondées (60% n’en ont jamais subie) – un manque de connaissances se lit parmi les chiffres de cette enquête. D’une part, le comportement diffère selon la nouvelle technologie. Les Français seront davantage méfiants face à des innovations récentes (IA, objets connectés), que dans le cadre d’un usage Wifi, plus ancien, qui implique un manque de vigilance certainement par habitude : lorsqu’ils sont en vacances, près d’un quart des Français déclarent se connecter à un réseau Wifi non sécurisé. A l’inverse, presque la moitié des Français préfèrent que la sécurité de leurs données soient assurée par des hommes plutôt que par des machines. Aspect intéressant, ces chiffres varient selon les tranches d’âge. Les jeunes générations apparaissent plus méfiante devant une connexion wifi non sécurisée.

 

Enfin, cette confusion latente tient essentiellement à un manque d’information dont les Français interrogés semblent conscients pour 43%. C’est ici tout le travail de la Cnil qui réactualise régulièrement ses plans d’action auprès du grand public pour être notamment en conformité avec les textes législatifs, désormais plus drastiques. « Bien que le travail d’évangélisation soit engagé depuis quelques années déjà, l’étude démontre que nous devons malgré tout les accentuer, éduquer, former, partager les bonnes pratiques avec tous dont les Français« , précise Raphaël Bousquet.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *