Quand Suez s’engage en faveur du développement touristique des villes

i-tourisme

Nouveauté du salon Pollutec 2018, le dispositif On’connect tourism a été conçu à l’origine par le groupe Suez et la ville de Biarritz pour mesurer la consommation d’eau des foyers et ainsi améliorer les services publics. 

 

Et si la consommation d’eau permettait de déterminer avec précision la fréquentation touristique des villes ? La corrélation peut sembler curieuse. Pourtant, le groupe Suez et la ville de Biarritz ont fait émerger un projet allant dans ce sens. Son nom : On’connect tourism. Annoncé pour l’été 2019 à Biarritz, le dispositif doit fournir des indications de fréquentation des logements urbains grâce à la consommation d’eau des ménages. Ainsi, il permet d’anticiper et de maîtriser les impacts de la saisonnalité sur un territoire donné et en temps réel, notamment lors des pics de fréquentation.

 

“Futé”, diriez-vous, mais pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus tôt ? Parce que le dispositif n’était pas directement destiné au secteur du tourisme à l’origine. On’ connect tourism ne peut fonctionner qu’avec l’apport indispensable d’un compteur d’eau communicant. Objet connecté destiné aux collectivités, “On Connect”, le grand frère de « On’ connect tourism », communique au jour le jour des informations sans avoir besoin d’accéder directement au compteur. Les usagers et les collectivités sont ainsi informés par sms ou via une plateforme, de la santé du réseau, lors de suspicions de fuite par exemple, de risques de gel…  Un peu comme un compteur Linky en somme. Bien que les technologies soient distinctes comme se plaît à le rappeler Pierre Andrade, directeur digital de Suez France. Il précise par ailleurs : “On Connect offre une maintenance plus dynamique et chirurgicale du réseau d’eau”. Avec près de quatre millions de compteurs d’eau comme celui-ci installés dans le monde, et plus de la moitié en France, le procédé conquiert de plus en plus de collectivités urbaines depuis dix ans qu’il est sur le marché.

 

« L’eau est le traceur le plus fiable de l’activité humaine », Pierre Andrade

 

L’union entre les acteurs de l’eau et du tourisme s’est alors scellée quand Biarritz s’est dotée de ses premiers compteurs d’eau communicants. “On s’est demandé si on pouvait l’utiliser pour d’autres usages”, indique Pierre Andrade. “Car l’eau est le traceur le plus fiable de l’activité humaine. Dès qu’il y a une habitation, par définition, il y a une consommation d’eau”. Or, la ville de Biarritz avait dans un premier temps fait appel aux opérateurs de télécommunication pour recenser le nombre de ses visiteurs. Les résultats, partiels et peu représentatifs de l’activité touristique du territoire, ont conduit à la naissance de « On’connect tourism ». Suez ayant une connaissance très précise du taux d’occupation des logements de Biarritz (rue par rue) travaille désormais main dans la main avec le pôle tourisme de la ville. Ce dernier peut obtenir lesdites informations à partir d’une plateforme dont il est le seul à avoir accès. Des algorithmes prédictifs y croisent les données des consommations d’eau quotidiennes avec des données ouvertes (ex :  vacances scolaires, prévisions météo, billetteries…). Une fois renseigné, l’office du tourisme peut ainsi adapter son offre et anticiper les besoins des visiteurs. Outre le tourisme, ce dispositif innovant devrait bénéficier à d’autres départements de la ville, à savoir les transports, l’enlèvement des ordures ménagères ou encore l’ouverture des espaces publics comme les parcs. “Avant nous faisions des hypothèses, et les municipalités adaptaient les services en fonction de cela. Aujourd’hui, le digital permet de caler ces hypothèses en temps réel”, fait savoir le directeur digital de Suez France.

Mesurer la fréquentation grâce aux Telco ou à la consommation d’eau

 

Après Lyon lors de la Fête des Lumières, puis Biarritz l’été prochain, les métropoles se convertissent franchement à la culture de l’intelligence artificielle pour booster leur attractivité touristique. D’aucuns auront recours comme la ville de Gérard Collomb aux “Telco”, d’autres tel que Biarritz se satisferont des données issues de l’eau. “Tout dépend s’il s’agit d’un évènement ponctuel, comme un concert, un festival ou un match de foot. Auquel cas les portables sont nécessaires pour mesurer une fréquentation. S’il s’agit d’un séjour touristique de plus longue durée avec hébergement, la consommation d’eau est alors plus adéquate. Les deux sont donc complémentaires”, précise Pierre Andrade. Suez entend bien étendre ce projet à d’autres lieux. Des stations de ski n’ont d’ailleurs pas attendu la phase de test l’été prochain à Biarritz et ont déjà fait appel aux services de On’connect tourism.

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *