Femmes du Tourisme à Oman: escapade dans le désert et campement 5 étoiles

Destination

Au sultanat d’Oman, les femmes dirigeantes du tourisme ont testé une activité emblématique de la destination. Wadi et 4×4 dans les dunes leur ont permis de progresser dans la compétition entre les équipes. Car Asia qui a organisé ce tout premier voyage de l’association avec l’office de tourisme d’Oman et Oman Air, y a ajouté un défi.

 

Il n’y a pas que des rencontres avec des femmes au programme des Femmes du Tourisme à Oman. Il y a aussi un défi par équipes. Déjà à l’aéroport à Paris, ces femmes dirigeantes ont eu la surprise de découvrir qu’elles allaient être durant 3 jours des tortues, dromadaires, léopards, flamants roses, chèvres ou dauphins. Des animaux que l’on peut observer à Oman et qui, là, vont rivaliser.

 

Marilyn Jardat et Sophie Landes d’Asia ont pris ce pari pour faciliter les échanges entre les membres de l’association. Comme dans un teambuilding d’entreprise, les profils ont été brassés au sein des équipes. Certaines ne se connaissent pas du tout. Et maintenant, elles doivent  répondre ensemble à des quiz, composer des photos et une vidéo, trouver des informations sur Oman… tout en découvrant la destination.

 

Emplettes au souk à Mascate

A Mascate, dans le souk de Mutrah, les Femmes du Tourisme se sont promenées dans les allées. L’occasion de faire un peu de shopping pour rapporter des souvenirs, des bijoux, de l’encens, des pashminas. Quelques-unes en ont profité pour trouver de quoi renforcer leur équipe, via une photo ou un objet acquis à moindre coût. Pas le plus évident, car à Oman, on ne marchande pas beaucoup. Les étals sont tous tenus par des hommes. Les seules femmes qu’on y voit sont soit des clientes en tenue sombre et voilées, soit des touristes.

 

Sur la route du désert de Wahiba

Pour la journée dans le désert, on laisse le bus au profit de six confortables  4×4 Landcruiser, un par équipe.  La route est longue, le paysage minéral. Les montagnes semblant faites de cailloux alternent avec des collines sèches, sans végétation variant de l’ocre au brun.

 

Le soleil chauffe encore fort en cette mi-septembre. Sur le tableau de bord s’affiche en jaune le chiffre 35°. «Ça commence à être meilleur, explique Ahmed, le jeune chauffeur des Chèvres qui se sont ajoutées le qualificatif  ‘royales’. On a dix degrés de moins par rapport au mois dernier… »

 

De l’eau et des vivres

Au Wadi Al Arbeien, la pause est bienvenue. Le réceptif, Magic Arabia, a organisé un déjeuner sous tente en bord de « rivière ». Un vent léger rafraîchit l’atmosphère. Sur un amas de pierres blanches, un troupeau de biquettes observe les intruses mais ne s’approche pas trop. On s’assoit sur les poufs et les tapis.

 

Une poignée de Femmes du Tourisme ne résiste pas à l’appel de l’eau et en profite pour se baigner. Peu profonde, l’onde est chaude, comme la piscine de l’hôtel Chedi la veille. Un barbecue et quelques mezzés à la libanaise, le moment est idéal pour échanger sur l’association et les actions à venir.

 

Des dunes à perte de vue

Après un arrêt à l’impressionnant Bimha Sinkhole aux eaux émeraude, on entre dans le désert de Wahiba, non sans avoir dégonflé les pneus au préalable. Les dunes s’étendent à perte de vue. Le soleil descend, les couleurs virent du jaune à l’orangé. Sur la dune où l’on s’est arrêtées pour un apéro au soleil couchant, le vent s’est levé obligeant à s’enrouler la tête dans un foulard.

 

Musique sur smartphone –un chauffeur a trouvé du Dalida !-, danses improvisées, rires, bonheur. On repart en rodéo dans les dunes rejoindre le Desert Night Camps pour une nuit confortable dans des bungalows-tentes 5*. Encore un dîner savoureux et des discussions à bâtons rompus, la magie d’Oman opère.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *