L’APST augmente les frais pour sortir du bourbier Thomas Cook

Institutions
Alix Philipon, présidente de l'Association professionnelle de solidarité (APST), a réuni le CA mercredi dernier pour trouver des solutions à la "situation délicate" due à Thomas Cook.

La faillite de Thomas Cook en France nécessite plus de 45 millions d’euros de liquidités pour couvrir la garantie. L’APST a voté des mesures de financement et de restructurations qui vont toucher agences, TO et clients… L’Association professionnelle de solidarité du tourisme (APST) s’est réunie en CA le 6 novembre.

 

Le conseil d’administration de l’APST s’est réuni le mercredi 6 novembre 2019. Il a voté trois types de mesures. Objectif « pouvoir continuer de pérenniser sa mission de garant des opérateurs de voyages et de tourisme« .

 

Une mission fragilisée par la faillite de Thomas Cook et les moyens qu’il a fallu mettre en place pour activer la garantie dès fin septembre (plusieurs milliers de clients rapatriés). Le coût de cette défaillance estimé fin octobre à environ 45 millions d’euros par Alix Philipon, présidente de l’APST, met l’association dans « une situation délicate ».

 

La somme est bien supérieure aux fonds disponibles de l’association. Il est donc nécessaire d’élargir sa base de ressources.  Ces mesures envisagées vont donc toucher tous les adhérents, producteurs et distributeurs, ainsi que les clients. Elles ont été présentées aux tour-opérateurs membres du Seto et pour les EdV, leur président, Jean-Pierre Mas, est membre de droit du conseil d’administration de l’APST.

 

Déjà, les cotisations des  membres de l’APST vont être à la fois augmentées et versées plus tôt. Ensuite l’association veut devenir plus efficace d’où la création d’un « comité des risques ». Enfin, le consommateur va être sollicité pour assurer lui-même le risque de faillite.

 

1)  Les Cotisations 2020 dès novembre 2019

Le Conseil a décidé une augmentation de 30% des cotisations globales pour 2020. Elles seront appelées dès novembre 2019. Puisqu’elles peuvent être inscrites au bilan comme « charges constatées d’avance », cela n’aura « pas d’impact sur les résultats de l’année ».

 

L’association rappelle que « la cotisation minimum annuelle a baissé chaque année depuis 2016. La cotisation minimum concerne environ 70% de nos adhérents et cette augmentation ramènera le minimum à son niveau de 2016″.

 

2) Modifications du fonctionnement de l’APST

  1. Gouvernance et organisation de l’APST : l’Association va mandater un cabinet d’audit spécialisé afin d’optimiser la réorganisation de sa gouvernance et de son organisation en complément de la réforme statutaire déjà en cours de préparation.
  2. Création et mise en place d’un Comité des risques avec pour mission principale l’étude et la surveillance des plus « gros risques » de notre Association,
  3. En lien avec le point précédent, pour les plus gros risques, présents et à venir, une validation ou un renforcement des contre-garanties s’appuiera notamment sur les recommandations de ce comité des risques.

 

3)  Des moyens financiers nouveaux

  1. S’inspirant de différents fonds de garantie tourisme en Europe, création d’une participation financière du client consommateur lors de l’achat d’un forfait ou d’une prestation touristique garantie afin de renforcer le fonds de garantie voyages de l’APST.
  2. Négociation d’un prêt « court/moyen terme » [gagé a priori sur la propriété du siège de l’association avenue Carnot dans le 8e arrondissement de  Paris].
  3. Validation par les pouvoirs publics de la nouvelle gouvernance et organisation.
  4. À terme changements statutaires en complément des modifications déjà proposées cette année par le Conseil.

 

« La Présidente et les Membres du Conseil d’Administration, dans la situation ‘’délicate’’ que traverse l’Association et après de nombreuses réunions d’un comité ad hoc, sont solidaires de cette approche, seule capable à leurs yeux de pérenniser l’avenir de l’APST » précise l’association.

 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. C’est purement SCANDALEUX. Nous en avons ras le bol de payer pour tous ces gros TO qui ferment et ce sont les petites agences comme nous qui devons trinquer alors que l’on arrive tout juste à joindre les 2 bouts
    On nous impose 30 % d’augmentation, sans rien nous demander, alors que nous payons déjà des cotisations très chères.
    C’est inadmissible que la direction de l’APST prenne de telles décisions sans même consulter les agences. Pourquoi ne vendrait elle pas ses immeubles pour combler les dettes. L’APST est là pour nous aider et non pour nous enfoncer.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *