Plan social en vue chez TUI: la DRH au ministère du Travail?

Production

Fortement déficitaire, la filiale française de TUI Group se dirige vers une énième restructuration. Isabelle Michalak, DRH de TUI France, doit voir un conseiller de Muriel Pénicaud le 21 mars selon le secrétaire du CSE. Mardi 19 mars, la CGT de TUI France a organisé une manifestation dans le cadre de la journée d’action CGT-FO.

 

Isabelle Michalak, « la DRH de TUI France est convoquée au Ministère du Travail jeudi 21 mars à 15h00, pour donner des explications sur un futur plan social chez TUI France » affirme Lazare Razkallah. Selon le secrétaire (CGT) du Comité social et économique (CSE) de l’opérateur touristique, elle doit voir Patrice Ivon, en charge des Mutations économiques et de la Santé au Travail. Ce conseiller auprès de la ministre du Travail, Muriel Penicaud, a déjà vu en août dernier des responsables syndicaux de Carrefour où 2.400 postes doivent être supprimés.

 

Combien de salariés touchés chez TUI?

Tous les services de TUI France sont concernés par ce 5e plan social. La production et la distribution, y compris en agences de voyages, devraient être touchés. TUI France compte 935 salariés (temps plein) sur un total de 1.300 postes (animateurs, alternance, etc.), selon le rapport d’octobre 2018 du cabinet Apex. Rapport avec présentation politique et sociale de l’entreprise.

 

Pour les délégués syndicaux Lazare Razkallah et Stéphanie Dayan (CFDT), le plan social que va annoncer la direction touchera « au moins 300 personnes ». Soit un gros tiers de l’effectif de l’entreprise estiment-ils au vu des 4 précédents plans sociaux de TUI France. A l’instar du dernier en date, le plan de départs volontaires Projet One, dans le cadre de la fusion-absorption de Transat France.

 

Deux courriers au président de la République

Avec le rendez-vous au ministère, Lazare Razkallah se félicite de voir avancer le dossier du « 5e plan social » de TUI France. « Cette convocation arrive après deux courriers au Président de la République, Emmanuel Macron », explique Lazare Razkallah. début février, un autre courrier proposant à Friedrich Joussen de se rencontrer et faire un point n’a pas eu d’effet. Le PDG de TUI AG n’a pas donné de réponse favorable à cette demande.

 

La première lettre du secrétaire du CSE envoyée à la présidence de la République, le 11 février pour demander  une rencontre, n’a pas non plus débouché sur un rendez-vous avec Emmanuel Macron. Toutefois, une réponse signée de François-Xavier Lauche, directeur de cabinet, a informé le secrétaire du CSE que son courrier allait être transmis au délégué interministériel aux restructurations d’entreprises, Jean-Pierre Floris. Avec avis aux ministères concernés, l’Economie et le Travail. C’est apparemment chose faite… 

 

Mardi 19 mars, à l’occasion de la Journée d’action CGT-FO, la CGT de TUI a manifesté devant le siège du TO. A Levallois, le syndicat avec le renfort de la « CGT Commerce et de l’UD CGT 92 » a distribué un tract aux passants. Dans ce document, le syndicat réitère son opposition au projet de licenciement.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *