TUI: la filiale France interpelle le CEO du groupe TUI AG

Production

L’inquiétude des salariés de TUI France a augmenté avec le départ de Pascal de Izaguirre. Les instances représentatives du personnel ont écrit une lettre ouverte à Friedrich Joussen. Ils souhaitent un dialogue afin de clarifier les projets pour la filiale française de TUI AG.

 

Dans un courrier du 31 janvier 2019, le Comité social et économique (CSE) de TUI France demande un entretien à Friedrich Joussen, CEO du groupe TUI AG. Le CSE met en avant « les très nombreuses inquiétudes » et « la situation actuelle » de la filiale française du numéro un mondial du tourisme. Le départ « brutal » de Pascal de Izaguirre, son PDG jusqu’au 23 janvier, soulève de nombreuses questions stratégiques, économiques et sociales.

 

Quel avenir pour TUI France?

Sur le « renforcement des synergies au sein de la Western Région » entre TUI France et ses homologues en Belgique et aux Pays-Bas, les représentants du personnel disent n’avoir « aucune visibilité ». Surtout ils font part des doutes sur « l’avenir de l’entreprise (TUI France) et de ses salariés ».

 

Traduisant les inquiétudes liées à la crainte d’un plan social, le secrétaire du CSE et les organisations syndicales posent la question des « conséquences sur notre organisation, nos métiers et nos emplois » de cette plus grande intégration dans la Western Region.

 

Une insécurité soulignée

Le rappel des sommes « plus d’un milliard d’euros » et efforts engagés donne lieu à une « appréciation de la situation critique »  de TUI France.  Le CSE évoque son « état d’alerte maximal ».

« Au contraire, l’incertitude permanente en matières sociales est tout autant préjudiciable aux salariés en état d’insécurité sociale et professionnelle, qu’aux résultats de l’entreprise. Celle-ci voit ses forces vives s’échapper et la confiance de ses salariés s’émousser. Le climat social au sein de l’entreprise se caractérise par une démotivation croissante des salariés, d’ailleurs on peut l’observer au travers des conclusions de l’enquête TUIGETHER. »

 

L’ouverture d’un dialogue

Le CSE « sollicite un entretien » avec le CEO du groupe « dans une démarche de dialogue ouvert ». Les représentants des salariés de TUI France s’adressent à M. Joussen,  M. Bruyninckx étant « absent pour raisons de santé ».

 

Le CSE interpelle le PDG monde car « Des réponses claires sont nécessaires pour tous les salariés de l’entreprise ». Ces derniers, « au travers de leurs représentants, demandent que l’actionnaire clarifie ses projets pour sa filiale française ». Un moyen de contrer incertitude et « inquiétude ».

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *