Séjours, clubs, circuits… Ôvoyages devient un tour-opérateur vraiment généraliste

Production
Christian Vanroy (directeur développement), Raouf Benslimane (PDG), Samia Benslimane (DG) et Agathe Roussey (directrice de production long-courrier) ont transformé Ôvoyages en moins de 3 ans.

Des Caraïbes à Bali et de l’Islande à l’île Maurice, Ôvoyages élargit son offre long-courrier et sa gamme de produits. Le TO aligne 42 hôtels-clubs labellisés ÔClub Experiences ou Premium en 2020. Ôvoyages s’engage sur 300.000 sièges au départ de 16 villes cet été.

 

Petit à petit, Ôvoyages étend son terrain de jeu. Le lancement du dynamic packaging, il y a deux ans et demi, lui a ouvert de nouvelles possibilités d’offres de voyages, en long-courrier surtout. Le tour-opérateur n’en renie pas pour autant ses racines. Au contraire! Il s’est engagé cet été sur 300.000 sièges.

 

« Nous sommes un tour-opérateur B2B au service de la distribution », martèle Samia Benslimane. Pour la directrice générale d’Ôvoyages, être en mesure d’offrir « du stock et des prix via des engagements terrestres et aériens, c’est la valeur ajoutée d’un tour-opérateur ».

 

Grèce et Canaries en locomotive

Ôvoyages assure ainsi ses positions sur les Canaries (130.000 pax en 2019) et la Grèce (73.000 pax), « deux destinations phares du Seto », grâce à 3 appareils (de 189 sièges) qu’il affrète à l’année. Sur les Canaries, il va même co-affréter avec TUI cet été pour faire face à la sous-capacité. « Avec 12 vols par semaine sur les Canaries, on est comme une compagnie aérienne » fait remarquer la DG. « Nous avons les stocks les plus importants du marché sur nos axes. »

Une politique de stock qui permet au TO de se développer sur le marché des groupes. « Nous avons dépoussiéré le tour operating avec des outils modernes et restons fidèles à nos partenaires agences: nous ne démarchons pas leurs clients en direct! » déclare Raouf Benslimane, président d’Ôvoyages.

 

En termes de produits aussi, Ôvoyages a étoffé son portefeuille: des clubs  ̶plus nombreux et plus loin ̶, des circuits -c’est nouveau- et des séjours dans davantage de destinations grâce au package dynamique développé avec Amadeus et Misterfly.  Il se revendique comme « un TO hybride capable de faire du groupe et de l’individuel« .

Une offre club boostée

Ôvoyages aura 42 clubs cette année (34 en moyen-courrier, 8 en long-courrier dans des 4* et 5* majoritairement), soit en avance de 2 ans sur ses prévisions. Comme pour ses concurrents, la chute de Thomas Cook/ Jet tours a accéléré le mouvement. Le TO a ainsi récupéré 7 clubs Jet tours ou Jumbo. L’essentiel se concentre sur 2 axes stratégiques: l’Espagne (12 clubs aux Canaries et 3 aux Baléares) et la Grèce (9 clubs dont l’ex-club Jet tours Stella Village, « un best-seller »).

 

« Nous avions signé quelques-unes de ces adresses aux Canaries avant même la faillite de Thomas Cook, grâce aux bonnes relations que nous entretenons avec nos partenaires hôteliers » précise Samia Benslimane.

En termes d’activités, comme l’an dernier, Ôvoyages programme cet été des séances animées par les 3 sportifs vedettes Laure Boulleau, Brahim Asloum et Camille Lacourt.

Un gros développement en long-courrier

Surtout, le TO qui s’était lancé sur Dubaï, le Kenya, l’île Maurice, ouvre cette année de nouvelles destinations en club. Au Maroc, c’est déjà 2 Ôclub à Marrakech dont un dans le quartier de l’Hivernage et un 3e -Premium- dès cet été. A Oman, Ôvoyages a choisi Salalah, en Thaïlande, le Centara Kata à Phuket et  en République dominicaine, une structure à taille humaine de 80 chambres à Bayahibe.  Sur l’hiver prochain, 2020-2021, Christian Vanroy, directeur du développement, annonce déjà l’ouverture de clubs long-courriers, en renfort comme sur la Thaïlande « avec un produit Premium » ou en nouveauté comme au Sri Lanka, au Mexique ou au Vietnam.

 

Des circuits un peu partout

Ôvoyages se lance franchement sur le segment circuits cette année. « En départs garantis à partir de 2 pax, en autotour ou en circuit privé, nous avons toutes les possibilités » souligne Samia Benslimane. « Et toujours avec des tarifs ajustés au meilleur rapport qualité prix » ajoute Christian Vanroy.

 

On découvre donc dans la brochure Ôvoyages 2020 des circuits au Maroc –« ils se vendent déjà très bien » note Agathe Roussey, directrice de production long-courrier-, à Cuba  « dont l’un en casas particulares », en Islande, au Vietnam « où nous réalisons 4.000 pax cette année », à Bali, en Inde… Une offre de circuits qui est démultipliée par la nouvelle possibilité de faire des open jaw dans l’outil maison, Dynamic+.

 

Cap sur 225 M€ de chiffre d’affaires

Affecté par la chute de XL Airways (100K€) et d’Aigle Azur (13 K€ – ses engagements n’allaient pas au-delà de la faillite), ainsi que par l’arrêt des B737Max (tension chez ses fournisseurs), Ôvoyages a terminé 2019 « en croissance de 10% accentuée par la chute de Thomas Cook ».

Le chiffre d’affaires 2019 s’établit à 197M€ (contre 181M€ en 2018) pour 300.000 pax avec « un résultat toujours en positif » affirme Raouf Benslimane qui se dit « prêt à une ouverture du capital ». Le long-courrier qui représente 25M€ pour environ 25.000 pax est en hausse de 90%. A terme, le TO voudrait équilibrer son activité entre moyen et long-courrier.

Pour 2020, le patron d’Ôvoyages est confiant. « Nous sommes sur une bonne tendance avec, depuis cet été avant même la chute de Thomas Cook, une hausse des prises de commandes de l’ordre de 50%« , annonce-t-il. En conséquence, il prévoit une croissance de 15% du chiffre d’affaires cette année, soit 225 M€ dont 40M€ sur le long-courrier.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *