Solea, « sur les rails », vise 32 millions d’euros de volume d’affaires en 2020

Production

Quand en 2016, Alexandre Espitalier-Noël a pris la direction générale de Solea, le tour-opérateur réalisait un volume d’affaires de 18,3 millions de volume d’affaires, « pour diverses raisons, la situation n’était pas bonne ». Le responsable, qui est aussi vice-président de Sun Resorts Europe, vise les 32 millions d’euros après un travail de repositionnement.

Que de changements depuis qu’Alexandre Espitalier-Noël a pris les rênes de Solea en 2016. « Il a fallu mettre des process en place, précise-t-il. Par exemple, nous avons travaillé avec Gestour/Amadeus pour être connecté« . Nous avons recruté des personnes qui avaient des expériences diverses et variées comme Fanny Borny, directrice de production, Pascal Boyer, directeur commercial ou encore Sophie Aubriet qui a pris en charge la production « Afrique ».

« La base du tour-operating, c’est la production », insiste Alexandre Espistalier-Noël qui a fait opérer une refonte totale de la brochure. Avec Equato, qui s’enrichit pour sa deuxième brochure du Rwanda et de l’Ouganda, Solea s’offre toujours comme challenge de devenir le leader sur l’Afrique, « depuis la disparition d’acteurs historiques, les agences travaillent de plus en plus directement avec les réceptifs ». C’est une chose d’avoir de beaux produits, c’en est une autre de les distribuer. « Notre référencement chez Thomas Cook et notre statut Gold chez Selectour/Havas nous ont permis d’atteindre un volume d’affaires de 23,5 millions d’euros en 2018-2019. Les agences jouent vraiment le jeu, on dit souvent que les ventes sont moins bien pilotées dans les réseaux volontaires mais, là, ce n’est pas le cas. »

Par ailleurs, grâce à cinq personnes qui travaillent exclusivement pour Solea dans un call center implanté à l’île Maurice, « le temps d’attente pour les agences n’est plus que de 2mn30 en haute saison ». Ajoutons, aussi, que Solea s’est doté d’un département groupes.

Alexandre Espitalier-Noël l’affirme, ‘la prise de participation de Marietton à hauteur de 50% dans Solea n’a pas contrarié les autres réseaux de distribution, nous réalisons de très bons résultats avec Leclerc et Carrefour. Ce partenariat permet des synergies en obtenant par exemple de meilleures conditions d’achat pour fabriquer des brochures ou acheter des devises, « Marietton comprend mieux les problématiques de Solea que les hôteliers ».

Côté destinations, pas (encore) de révolutions, « nous nous appuyons d’abord sur nos piliers – Maurice, Seychelles, Maldives et Afrique-  pour travailler d’autres axes. La Jordanie est « conçue » comme Oman avec des circuits, « pas plus de 30 personnes ». Les Maldives (+108%) bénéficient toujours de l’apport du vol d’Air France ce qui permet au Sri Lanka de reprendre quelques couleurs grâce à des combinés.

« Solea est sur les rails » conclut Alexandre Espitalier-Noël, « nous allons prendre le temps de nous poser pour préparer l’avenir ».

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *