TUI-Transat: appel à la grève, négociations, revendications…

Production
TUI Transat

Les syndicats de Transat-Look appellent les salariés à la grève mardi 23 mai, à Ivry.  Les avancées de la direction sur le PDV ne sont pas jugées « suffisantes ». Une AG en intersyndicale est prévue le 1er juin, veille du rendu d’avis sur le PDV. La direction de TUI considère que les discussions sont closes.

 

Lundi 22 mai, la réunion entre direction et syndicats de TUI et Transat France sur le projet One et le plan de départs volontaires (PDV) devait être la dernière. Les négociations ont été « suspendues » pour reprendre dans l’après-midi. Mais à la fin de la journée, aucun syndicat –ni CGT ni FO pour TUI et ni CFDT ni Usapie pour Transat France– n’a l’intention de signer.

 

Des « avancées sociales ont été faites par la direction » reconnaissent les élus mais pas assez au vu de la « capacité financière » de la maison mère, TUI Group et des changements que représente un départ volontaire. Principal point d’achoppement: les indemnités de départ, désormais portées à « 0,75 mois par année d’ancienneté » auquel s’ajoute une prime forfaitaire*, en fonction du niveau de salaire. Pas suffisamment « attractif » selon les syndicats qui ne veulent donc pas signer.

 

Pourquoi la grève chez Transat

Du côté de Transat France, les syndicats CFDT et Usapie appellent à la grève mardi 23 mai, après une assemblée générale prévue à 13h. Qu’en espèrent-ils?

 

Déjà « mobiliser les salariés, ceux qui vont partir et ceux qui vont rester, et interpeller la direction ». Mais aussi obtenir:
-un mois de salaire par année d’ancienneté pour indemnités de départ en plus des primes forfaitaires.
– une prime de 1.000 € pour les salariés qui resteront afin de compenser 1-la surcharge de travail liée aux départs de leurs collègues (suspensions de contrats, ruptures conventionnelles…), 2-la réorganisation nécessaire liée à un déménagement (d’Ivry-sur-Seine à Levallois-Perret) ou un changement de poste et 3-l’adaptation à un nouveau système informatique.

 

Appel à « ne pas être volontaire »

Du côté de TUI, Lazare Razkallah, délégué syndical (CGT), nous avait déjà averti la semaine dernière : son syndicat ne signerait pas le projet de PDV en l’état. Pour lui, il manque « un accompagnement social de qualité ». C’est pourquoi il appelle les salariés à « ne pas se porter candidats au PDV ».

 

Et l’élu de citer ses principales revendications :
– un mois de salaire par année d’ancienneté plus les conditions de la convention collective, plus les primes forfaitaires.
-un congé de reclassement de 12 mois minimum (pour les moins de 50 ans et non 9 mois comme dans le projet) –ce qui correspond à une observation faite par la Direccte à la direction de TUI–, 15 mois (au lieu de 12) pour ceux qui ont plus de 10 ans d’ancienneté et 18 mois (au lieu de 15) pour les + de 55 ans.

 

Pour autant, il n’appelle pas à la grève. Une intersyndicale CGT/FO/CFC-CGE sera organisée le 1er juin. « Les salariés de TUI sont plus difficiles à mobiliser parce qu’ils sont de fait moins concernés que ceux de Transat. D’autant que la direction a modifié son projet et désormais celui qui ne veut pas partir pourra conserver son poste. »

 

Si les syndicats restent sur leurs positions d’ici au 6 juin, la direction de TUI France précise dans un communiqué qu’elle « va présenter une note unilatérale qui sera soumise à l’avis consultatif des IRP » puis envoyée à la Direccte, laquelle aura « un délai de 21 jours pour homologuer le plan (de départs volontaires) ».

 

*La prime forfaitaire est de 10.000 euros pour les salaires de +5.000 euros bruts, 12.000 euros pour les salaires de 3.000 à 5.000€ et 15.000 euros pour les salaires de -3.000 euros qui s’ajoutent au 0,75 mois par année d’ancienneté. Sachant que la convention collective (art.20) octroie de 0,25 à 0,66 mois en fonction de l’ancienneté et du statut.

 

 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *