Suivez-nous grâce à nos newsletters S'inscrire

Institutions

Commissions zéro : les agences circonspectes

Pour Air France, un changement semble inéluctable en matière de rémunération.
Philippe Demonchy estime normal que la profession connaisse une évolution.
R.
Darfeuille : "Cela ne se traduira pas forcément par une baisse de revenu."
"Toute l'Europe aura basculé d'ici peu de temps, il est temps qu'Air France et l'ensemble de la profession se penchent sur le problème !" Le problème, c'est celui du changement de mode de rémunération des agences de voyages par les compagnies aériennes, et Christian Boireau, directeur général d'Air France qui s'exprimait ainsi, jeudi dernier à la tribune du 45e congrès du Snav, sait de quoi il parle. Les dés semblent donc jetés et la baisse des commissions, voire leur suppression, a bien l'air inéluctable, "d'ici à l'horizon 2005". Reste que la compagnie, comme l'a promis son DG, "ne travaillera pas seule sur ce dossier : les relations vont changer, mais resteront partenariales". Air France va donc bouger. Mais quand ? "L'accord que nous avons avec le Snav court jusqu'en 2005, précise Christian Boireau, et même si le contexte [NDLR : la baisse des commissions chez nos voisins européens] nous permettrait de le dénoncer, nous ne ferons rien en 2004." De fait, la distribution, à l'image de Philipe Demonchy, président de Selectour également à la tribune, semble se faire à cette idée : "Nous avançons vers quelque chose de relativement réaliste", indique-t-il, tout en précisant que le changement de mode de rémunération est indissociable d'autres paramètres comme le statut de l'agent de voyages, l'évolution des GDS. "Il est normal qu'à un certain moment de la vie d'une profession les choses évoluent, souligne-t-il. Il y a 40 ans nous étions des agents de voyages, puis nous sommes devenus des distributeurs, ce qui n'est pas à proprement parler une réussite sociale ; il est temps pour nous de revenir à notre vrai métier." Robert Darfeuille, président de la commission Air du Snav, va dans le même sens : "Plutôt que de parler de commission zéro – ce qui est un non-sens –, parlons plutôt de commission de base. Si elle baisse, ou disparaît, cela ne veut pas dire qu'il n'y aura plus de rémunération, il ne faut pas se faire peur de façon exagérée." Bref, un ensemble de points de vue tout à fait rassurants. A ceci près qu'à la question posée à la salle via un système interactif "le discours des professionnels vous convainc-t-il ?", les agents de voyages présents ont répondu non à 71 %.
Pour l'Ectaa, les compagnies se comportent de façon tyrannique
C'est un Michel de Blust, secrétaire général de l'Ectaa (l'association européenne des syndicats professionnels d'agents de voyages), très remonté contre les compagnies aériennes qui est venu – en préambule à la séance de travail sur l'évolution de la rémunération – faire un portrait de ce qui existe en la matière au niveau européen. Il a commencé par poser une question simple : "Peut-on encore parler de rémunération ?" Pour lui, avec leur façon d'imposer leur point de vue de façon unilatérale, les transporteurs Iata se comportent encore comme s'ils étaient des monopoles d'État. Iata justement, qui est d'ailleurs l'autre bête noire de Michel de Blust, dont il se demande si elle a encore un avenir : "c'est un coût monstrueux pour une efficacité encore plus monstrueuse", a-t-il expliqué à un auditoire entièrement acquis à sa cause. Enfin, le secrétaire général de l'Ectaa s'est contenté de rappeler qu'en 6 ans "les agences de voyages avaient perdu de 50 % à 90 % des commissions brutes provenant des compagnies aériennes" et que "sur le marché américain, passé à la commission zéro en 2001, près d'un tiers des agences avaient rendu leurs accréditions Iata".

Auteur

  • La Rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format