Suivez-nous grâce à nos newsletters S'inscrire

Transport

Eurostar agressif sur le marché affaires

70 E l'A/R sans Sunday Rule pour les hommes d'affaires.
Eurostar vise la clientèle PME-PMI qui cherche un prix.
Il revendique 55 % du marché de la clientèle affaires.
Eurostar enrichit sa gamme tarifaire sur l'axe Paris-Londres en commercialisant à partir du 20 janvier un tarif en seconde classe à 70 euros TTC sans la contrainte de la Sunday Rule (ce tarif existe déjà mais est assorti de l'obligation de passer la nuit du samedi au dimanche).
Ni modifiable ni remboursable, ce nouveau tarif autorise donc les allers-retours dans la journée à un niveau nettement moins élevé par rapport à l'actuel plus bas tarif permettant l'A/R journée (299 E, dont les conditions vont également changer le 20 janvier). Mais au-delà de l'A/R journée qui ne concerne que 25 % des clients affaires d'Eurostar, ce nouveau tarif devrait avoir du succès auprès des clients qui passent au moins une nuit sur place en semaine. Pour en bénéficier, Frank Debourdieu, directeur commercial France d'Eurostar, indique qu'il faut réserver à peu près trois semaines en avance car il n'y a pas d'Apex communiqués. "On veut se donner la flexibilité par rapport à nos remplissages (…), un Apex défini ne pousse pas les ventes sur les trains en heures creuses", explique-t-il. Si avec ce nouveau tarif Eurostar dit vouloir toucher la clientèle loisirs, l'opérateur ferroviaire vise essentiellement la partie de la clientèle affaires PME-PMI qui recherche "plus le prix que le service". Cette agressivité tarifaire fait suite à l'amélioration du temps de trajet de 40 minutes introduit fin septembre. "Nous pensons posséder 55 % de parts de marché sur la clientèle affaires aujourd'hui contre 48 % avant le passage en 2 h 35", explique Frank Debourdieu, précisant que "les ventes Business progressent plus vite sur le marché français qu'anglais". Sur le dernier trimestre (octobre-décembre), le trafic total d'Eurostar a progressé de 15 % par rapport à la même période de l'an dernier, permettant ainsi de limiter la chute de trafic sur l'ensemble de l'année 2003 à 6 %. Dans les deux ans, Eurostar vise une part de marché variant entre 75 % et 80 % sur l'axe Paris-Londres dont plus de 90 % sur la clientèle loisirs et plus de 60 % sur la clientèle affaires.

Auteur

  • La Rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format