Menu
S'identifier

Vidéos

VIDEO - Les petits déjeuners débats du Quotidien du Tourisme : "Des clubs de vacances pour quels clients ?"

Publié le : 21.03.2018 I Dernière Mise à jour : 21.03.2018

En 2018, tous les mois, « Le Quotidien du Tourisme / Le Mag » organise au Bristol, à Paris, des petits déjeuners thématiques. Autour de la table, pour parler des « clubs de vacances », nous avons reçu Anne-Sophie Lecarpentier (Périer Voyages), Hugues Defline (Clubs de vacances-Qualité garantie), Stéphan Roiena (Jet tours), Serge Laurens (TUI), Sébastien Mano (Bravo Clubs), Philippe Sangouard (Kappa Club) et Norbert Sarde (Esprit de Voyages).


 
Qu'est-ce qui différencie un club de vacances d'un autre club de vacances ?
Pour Hugues Defline (label Clubs de vacances-Qualité garantie), c'est "l'objectif du label (que) de créer un repère" pour les "plus de deux millions de Français qui partent en club". Il rappelle les bases : "Ce qui va différencier les clubs, c'est le choix du produit –l'emplacement et la qualité de l'hôtel– et le contenu de la prestation comme le choix des animations."
 
Serge Laurens (TUI) confirme : "il existe beaucoup de différences, entre le 'hard', c'est-à-dire l'hôtel qui va avoir plus ou moins de chambres, une ou deux piscines pour créer des ambiances différentes, et le 'soft' : ce qui fait qu'un club n'est pas un hôtel et que les gens trouvent à s'épanouir avec des activités pour les enfants et la famille".
 
Stéphan Roeina (Jet tours) ajoute qu'il faut se réinventer. "Il y a une notion de collection, comme pour le prêt-à-porter, sur les nouvelles destinations et les nouveautés en termes de prestations avec de nouveaux sports et de nouvelles activités chaque année."
 
Sébastien Mano (Bravo Clubs) signale que l'ouverture de destinations originales en clubs, telles "Nosy Be, Zanzibar et La Havane ont attiré l'attention des agents de voyages (sur Alpitour)" sans oublier "un cahier des charges précis qui correspond au label comme un animateur pour 10 chambres".
 
Anne-Sophie Lecarpentier (Périer Voyages) a observé en agences que "les clients sont très attachés à leur marque. Quand ils ont eu des vacances réussies dans un club, ils vont conserver la marque".
 
Philippe Sangouard (Boomerang) met en avant "le rapport qualité prix". Il précise qu'entre les concepts de ses deux marques, "un club de voyage pour Kappa" et "un club de vacances pour Coralia", la différence va pouvoir se jouer sur "les activités et les sorties que l'on peut faire alentour".
 
Norbert Sarde (Esprit de Voyages) insiste sur la prise en compte des spécificités des clients  –"le client Club Med, on ne peut pas lui vendre autre chose". L'agent de voyages va chercher parmi les offres clubs celles qui s'adapteront à des demandes "plus à la carte", avec des durées moins standards…
 
Retrouvez l'intégralité du débat dans Le Quotidien du Tourisme / Le Mag du jeudi 22 mars 2018.

Auteur

  • Myriam Abergel

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format