Menu
S'identifier

Destinations

Coronavirus : ce qu'il faut dire à vos clients pour les rassurer

Publié le : 29.01.2020 I Dernière Mise à jour : 29.01.2020

Image
Les autorités chinoises multiplient les mesures de précaution, notamment des relevés de température dans les aéroports. ©Adobe Stock

Vos clients vous pressent de questions à propos du nouveau coronavirus chinois qui s'étend au monde entier ? Voici 5 grands arguments objectifs pour les rassurer et éviter le vent de panique.


1/ Les autorités chinoises adoptent des mesures strictes pour contenir le virus


Face à l'épidémie, les autorités chinoises ne font pas dans la demi-mesure. La ville de Wuhan et ses 11 millions d'habitants sont aujourd'hui en quarantaine et la Chine a adopté plusieurs mesures de précautions, annulant notamment les festivités prévues pour le Nouvel an chinois. La section la plus touristique de la Grande muraille de Chine est fermée tout comme la Cité interdite à Pékin et le parc Disneyland de Shanghai. Les vacances ont également été prolongées. Hier, le gouvernement de Hong Kong a de son côté suspendu les liaisons ferroviaires et maritimes avec la Chine continentale.

2/ La coopération internationale fonctionne


Contrairement à ce qui s'est passé lors de l'épidémie de Sras en 2002, la Chine a multiplié les échanges avec l'Organisation mondiale de la santé et elle s'est montrée bien plus transparente sur la situation.
Le directeur de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a d'ailleurs rencontré le Président chinois Xi Jinping hier à Pékin, pour définir de nouvelles mesures destinées à endiguer l'épidémie. De nouvelles études doivent notamment être menées sur la transmissibilité du virus.

3/ Nombre de pays ont pris leurs propres mesures de prévention


Si la Chine et l'OMS sont aux avants-postes, plusieurs pays ont déjà mis en place des mesures de prévention drastiques. En Asie, les contrôles sanitaires sont désormais systématiques pour les passagers en provenance de Chine arrivant dans les aéroports internationaux d'Australie, du Bangladesh, d'Inde, d'Indonésie, du Japon, de Malaisie, du Myanmar, du Népal, des Philippines, de Singapour, de Corée du Sud, du Sri Lanka, de Taïwan, de Thaïlande et du Vietnam.
En Europe, les aéroports Fiumicino à Rome et Heathrow à Londres ont eux aussi déployé des contrôles, tout comme les aéroports de New York, Los Angeles et San Francisco. Même chose en Polynésie française où le gouvernement vient de demander la mise en place de contrôles par caméras thermiques à l'aéroport de Tahiti. Les voyageurs arrivant en jets privés à Tahiti en provenance d'Asie feront l'objet d'un contrôle médical. Les tour-opérateurs français ont de leur côté décidé de suspendre leurs opérations vers la Chine jusqu'au 21 février inclus.
Le gouvernement américain réfléchit quant à lui à une suspension de tous les vols reliant la Chine et les États-Unis.

4/ Le coronavirus chinois est moins violent que le Sras ou la grippe (pour le moment)


Même si évidemment personne ne souhaite contracter le virus, le coronavirus chinois apparaît bien moins virulent que le Sras. Et les médecins insistent sur le fait que le virus est avant tout dangereux pour les personnes âgées ou affaiblies. Les trois premiers cas identifiés en France, l'un à Bordeaux et les deux autres à Paris, ne suscitent d'ailleurs plus d'inquiétude. A noter qu'un quatrième cas a été enregistré hier à Paris : un touriste chinois d'environ 80 ans, placé en soins continus.
Autre élément à avoir en tête : Santé Publique France, l'agence française de santé publique, estime que la traditionnelle épidémie de grippe qui frappe la France chaque hiver est responsable à elle seule de 10 000 décès par an. De quoi remettre en perspective la peur du virus !

5/ Des gestes simples pour se prémunir du virus


Comme la grippe ou la gastro-entérite, le coronavirus se transmet par contact étroit avec une personne infectée, notamment via les postillons. Pour éviter tout risque de contamination, il faut adopter une hygiène stricte en se lavant régulièrement les mains avec du savon ou du gel hydro-alcoolique et en portant un masque.
Didier Forray

Auteur

  • Manon Gayet

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format