Sri Lanka: pourquoi le marché français pourrait revenir plus vite

Destination
Buddhi K. Athauda, l'ambassadeur du Sri Lanka en France, reste confiant dans une reprise rapide du tourisme dans son pays.

Les recommandations du ministère des Affaires étrangères et du Seto ont stoppé les arrivées. Les mesures de sécurité au Sri Lanka ne sont  pas étrangères aux Français. La haute saison automne-hiver 2019-2020 reste une inconnue. Les départs de juillet et août sont maintenus dans l’ensemble.

 

Destination culturelle, réputée pour la gentillesse de ses habitants et la beauté de ses paysages, le Sri Lanka était promis à une année touristique 2019 exceptionnelle. Avec en toile de fond une situation politique stabilisée depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans, en mai 2009. Le Sri Lanka a d’ailleurs connu un très fort développement en 9 ans a rappelé Buddhi K. Athauda, ambassadeur en France, le 29 avril.

 

Lors d’une réunion avec des professionnels du tourisme français au lendemain des nouvelles recommandations du Quai d’Orsay et du Seto après les attentats du 21 avril, il s’est montré confiant dans la reprise du tourisme dans son pays. « Le ralentissement actuel est provisoire. L’objectif reste de 5 millions de touristes en 2021, soit une croissance de 100% sur 3 ans« . 

 

Le nombre d’arrivées touristiques au Sri Lanka est passé de moins de 500.000 en 2009 à 2,3 millions en 2018. Les prévisions pour cette année étaient de 2,5 millions. Dans le même temps, les recettes touristiques ont atteint 4,38 milliards de dollars contre 349 millions en 2009. Le PIB progressant de 42,07 Md$ en 2009 à 87,17 Md$ en 2017 (source Banque mondiale).

 

Une clientèle convaincue

Les professionnels du tourisme ont beaucoup misé cette année sur le Sri Lanka. Plus de circuits, des durées plus longues, davantage d’extensions balnéaires sur les plages locales et même un club de vacances, l’offre des TO français s’est étoffée. « Nous étions à +25% de bookings par rapport à 2018 » précise Armelle Le Scaon, directrice de production de Visiteurs. Un TO qui a fait partir « plus de 1.000 pax l’an dernier en circuit » au sri Lanka.

 

Survenus durant les vacances de printemps, à la fin de la saison, les attentats ont au final peu pénalisé leur activité, déclarent-ils globalement. Amateurs de découverte culturelle, les touristes français sur place ont continué leur voyage. « Personne n’a demandé à rentrer » signalent Catriona Dempster pour Kuoni et Philippe Sangouard pour Kappa (club et circuit). « Quand le temple de Kandy a fermé pour 2 jours, nous avons changé avec notre réceptif l’ordre des visites et tout s’est très bien passé » indique Karine Vampouille, chef de produit Sri Lanka chez Asia.

 

Entre le 21 et le 28 avril, très peu ont annulé leurs départs. « Deux personnes chez Kuoni. » Les reports se sont bien déroulés. « Sur quarante personnes, la moitié a préféré reporter » indique Karine Vampouille. Les clients voulant absolument partir pendant cette période de vacances scolaires ont eu des solutions. « Nous leur avons proposé  la Thaïlande, le Mexique ou la Rép. Dom., détaille Philippe Sangouard. Quelques-uns ont quand même voulu partir sur leur circuit au Sri Lanka. »

 

Interrogation sur la prochaine saison hiver

Pour la suite, chez les TO c’est l’attente. Jusqu’à la prochaine haute saison, les mois de mai et juin (les plus humides) n’ont pas vraiment d’activité touristique. Et « les quelques clients de juillet et août n’ont pas annulé ». En revanche, la question se pose pour l’hiver prochain.

 

« Mai-juin est une grosse période de réservation pour les circuits de la prochaine saison. On va voir comment cela va se passer dans les prochains jours » s’interroge Karine Vampouille. « Les attentats ont marqué un coup d’arrêt immédiat » reconnaît Armelle Le Scaon.

 

« A la différence des marchés britanniques et allemands, le Sri Lanka n’est pas une destination essentiellement balnéaire pour les Français, explique Catriona Dempster. Ils partent découvrir le pays et ses différents sites. Ils ne restent pas à Colombo. »

 

Quelles mesures de sécurité?

Après les attentats du dimanche de Pâques, une quarantaine de personnes ont été arrêtées. Et le Sri Lanka est en train de prendre des mesures de lutte contre le terrorisme. Sur le plan juridique avec de nouvelles lois annoncées par le Premier ministre, Ranil Wickremesinghe.

 

« Le Sri Lanka est une île multi-ethnique et pluri-religieuse, a rappelé l’ambassadeur, le 29 avril à Paris. Quelques jeunes musulmans se sont radicalisés sous l’influence de groupes moyen-orientaux. Nous allons pouvoir reprendre rapidement le contrôle de la situation. »

 

Etat d’urgence déclaré, présence de militaires dans les rues et autres services de sécurité au niveau des hôtels renforcés…  Un type de dispositif désormais familier pour les Français depuis les attentats de 2015. Trouver l’équilibre entre sécurité et attractivité devient un défi pour de plus en plus de destinations touristiques…

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *