Thomas Cook fait faillite, l’industrie du tourisme sous le choc

Distribution

C’est dans la nuit de dimanche à lundi que l’impensable s’est produit. Thomas Cook, la plus vieille agence de voyages du monde, depuis 1841, a été contrainte d’annoncer sa faillite. Faute d’avoir pu trouver 200 millions de livres sterling sur une dette globale de plus de un milliard, le voyagiste est liquidé.

 

Fosun n’aura donc pas été le sauveur espéré, Thomas Cook n’existe plus. «Malgré des efforts considérables, les discussions entre les différentes parties prenantes du groupe et de nouvelles sources de financements possibles n’ont pas débouché sur un accord. Le conseil d’administration a donc conclu qu’il n’avait d’autre choix que de prendre les mesures pour entrer en liquidation judiciaire avec effet immédiat », a précisé un communiqué de Thomas Cook dans la nuit du 22 au 23 septembre. L’autorité britannique de l’Aviation (CAA) a indiqué quant à elle que le groupe « tour opérateur et compagnie d’aviation à la fois, a cessé ses activités avec effet immédiat. Toutes les réservations Thomas Cook, vols et séjours, sont désormais annulées ».

 

 

Un « Lehman Brothers du Tourisme » comme disent de nombreux acteurs du secteur qui s’attendent à des répercussions en cascade. C’est déjà un drame social, 22 000 salariés dans le monde devraient perdre leur emploi et une opération de rapatriement va être organisée pour 600 000 clients dont 10 000 Français.

On ne mesure encore pas encore les dommages collatéraux mais il est évident que de nombreux établissements dans le monde, notamment hôteliers, qui attendaient des paiements de Thomas Cook, vont se trouver en difficultés. En France, les tour-opérateurs revendus par le réseau, dont le Club Med, perdent un distributeur puissant. Le voyagiste compte en effet quelque 430 points de vente portant les enseigne Thomas Cook et Jet tours dans toute la France dont 180 en propre. Les agences franchisées, qui sont financièrement indépendantes, vont devoir expliquer à leurs clients qu’elles ne sont pas directement concernées par cette faillite. On ne mesure pas encore non plus les conséquences pour l’APST, dont Thomas Cook tout comme son TO Jet tours, est membre, qui va faire face à une situation inédite. Près de 80 000 clients français auraient réservé des voyages à venir avec Thomas Cook. Jean-Pierre Mas, président des EDV, sur RTL, rappelait que les voyageurs « forfaits » sont protégés, une différence avec les compagnies aériennes.

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (5)

  1. Le Brexit installe l’économie Britannique dans la défiance avec tout d-fournisseur étranger.
    Le refus d’organiser de manière contractuelle l’échange fournisseur client mène inéluctablement au replis sur soi pendant que le client cherche un fournisseur sûr.
    Les politiques GB formés à Oxford semblent ne jamais avoir lu un livre d’économie ni de gestion.
    Corbin ou Johnson même bêtise

    1. Quel rapport avec le Brexit?
      XL Airways et Aigle Azur sont tombées à cause du Brexit?
      D’ailleurs le Brexit n’est toujours pas effectif, donc concrètement, ça n’a absolument rien à voir.

      Ou alors, par honnêteté intellectuelle, il faut admettre que la baisse conséquente du chômage au Royaume Unis a lieu GRACE au Brexit.

      Bref, totalement hors sujet.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *