2019 : année du voyageur d’affaires ultra-connecté

i-tourisme

Parmi les tendances émergentes dans le secteur du voyage d’affaires, l’assistance robotisée, la dématérialisation des dépenses et ou encore la personnalisation du voyage tiennent le haut du pavé. 

 

La tendance à la numérisation des services touristiques s’imposent comme une évidence. Rien de neuf sous le soleil, si ce n’est que cet effet de mode s’étend aux voyages d’affaires. En effet, plusieurs études publiées en 2018 attestent d’un recours de plus en plus régulier aux nouvelles technologies dans ce secteur, comme l’indique l’éditeur de solutions web pour les voyages d’affaires, Traveldoo. Premier constat, les voyageurs d’affaires sont 46% à penser que la technologie sert à gagner en rapidité lors de la réservation d’un déplacement. L’intelligence artificielle fait chaque année un peu plus une percée dans l’industrie du Travel. 38% des entreprises y ont déjà eu recours, ce chiffre devrait atteindre 62% en 2018.

Et tout récemment, une étude de SAP Concur et GBTA (Global business travel association) a confirmé l’engouement des voyageurs d’affaires pour les plateformes de réservation en ligne, délaissant dans le même temps les canaux de réservation directe.

2019 sera donc l’année du voyageur d’affaires ultra-connecté. Plusieurs tendances tendent ainsi à émerger, à commencer par la personnalisation de l’expérience voyageur. Selon l’agence de voyages d’affaires, BCD Travel, l’identité du voyageur doit jouer un rôle plus important dans l’amélioration des services. Aussi, la personnalisation attendue dans le cadre d’un voyage nécessite par conséquent le partage des informations, des préférences-voyageurs. Selon l’étude Age of the Consumer menée par Forrester, 72 % des consommateurs attendent des entreprises qu’elles comprennent leurs attentes particulières. De la même manière que des utilisateurs de plateformes musicales partagent des données de goûts via les listes musicales qu’ils rendent publiques, les fournisseurs de l’industrie du voyage devront reproduire ce modèle afin d’affiner les requêtes. Les agents pourront ainsi accéder à ces informations de profil et à toutes les communications liées au voyage, à savoir les préférences de la marque, le comportement de réservation et les habitudes de voyage… Ils combineront ces données avec la politique voyage de l’entreprise afin d’influencer les décisions relatives aux dépenses pendant le déplacement et améliorer le service.

 

Les robots, compagnons de route des voyageurs d’affaires

 

Le séjour du voyageur d’affaires intégrera aussi toute une série d’objets connectés. Celui-ci risque fort de croiser la route d’un robot à l’aéroport, lequel lui proposera de l’aider à stationner sa voiture, repérer sa porte d’embarquement ou trouver un restaurant. Il aura également affaire à des assistants virtuels. Il pourra dialoguer via des chatbots disponibles sur le site des compagnies aériennes ou directement depuis son hôtel avec un assistant vocal qui répondra aux demandes de service en chambre et à toute heure.

Ces commandes à l’aéroport ou à l’hôtel ne pourront désormais plus se faire avec une monnaie physique mais via des paiements cashless. Un peu comme ce que l’on retrouve désormais dans le métro londonien où les usagers règlent leur abonnement par le sans contact.

 

Espaces de coworking nouvelle génération

 

Une fois sur place, le voyageur d’affaire pourra aussi bénéficier d’espaces de coworking intelligents, dont le nombre dans le monde devrait bondir entre 2017 et 2022, passant de 14 411 à un peu plus de 30 000. Une fois la porte de ces lieux de travail franchie, la technologie intelligente reconnaît le personnel enregistré, configure son réseau Wi-Fi et transpose le numéro du poste téléphonique sur son numéro de téléphone personnel. Finies les horaires de bureaux classiques. Ces espaces informels répondront au nouvel emploi du temps de l’actif, plus flexible, dont le mot d’ordre est désormais « wherever and whenever you want ».

Et pour ne pas retrouver les congestions routières quotidiennes lors de son séjour d’affaires, il sera également possible de trouver et à réserver des places de stationnement à des tarifs négociés. De simples applis comme SpotHero, l’un des partenaires de BCD, participeront à la réduction des embouteillages et de la pollution environnementale. Une bonne nouvelle lorsque l’on sait que d’ici 2050, la population urbaine devrait presque doubler pour atteindre 6,3 milliards d’habitants. 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *