Apple pourrait-il contribuer au tourisme en Californie ?

i-tourisme

Chaque année, la multinationale américaine dévoile des nouveautés lors de la conférence WWDC. Outre le fait que iTunes disparaisse bientôt des Mac et que les iPad bénéficient d’un nouveau logiciel, le nouveau système d’exploitation de bureau porte un nouveau nom, Catalina, qui ne tient pas du hasard. 

 

Un peu comme pour le royal baby et ses bookmaker anglais, le nouveau système d’exploitation macOS a donné lieu à de nombreuses spéculations sur son nom. Lundi 3 juin, la conférence pour développeurs d’Apple (WWDC) a mis fin au suspense. Le macOS 2019 sera baptisé “Catalina”. Pour les non-américains, il ne leur évoquera sans doute rien. En effet, il s’agit d’une petite île rocheuse d’une centaine de kilomètres carré, au large de la Californie dans l’archipel Pacifique des Channel Islands. Elle est pourtant visitée chaque année par un million de touristes. Avec ses palmiers et ses plages de sable blanc, la petite île à seulement 35 kilomètres de la Californie “terrestre” possède tous les ingrédients pour être une destination touristique de premier plan. La récente utilisation de son nom par Apple pourrait alors amener davantage de visiteurs, comme le souligne certains twittos : “Je ne serais pas surpris si le lancement de la nouvelle édition Catalina de macOS finit par avoir un impact notable sur le tourisme de l’île éponyme au large de la côte du sud de la Californie”, “La prochaine version de macOS est Catalina ! J’espère que la petite île est préparée pour tout le tourisme entrant !”. Ce à quoi le compte officiel de l’île a répondu : “Quel honneur d’avoir un MacOS nommé d’après notre belle île de Catalina !”.

 

Faire la promotion de la Californie

 

 


Avant 2012, les systèmes d’exploitation portaient tous des noms de félins. Après les avoir tous épuisé, la firme a annoncé lors du lancement de OS X 10.9 en 2012, choisir des noms géographiques californiens. Il s’agit sans doute ici d’une marque d’attachement à sa “région natale”. En 2013, le spot de surf de renommée mondiale Mavericks est la première destination sélectionnée pour désigner le nouveau logiciel. En 2014, c’est au tour de la vallée de Yosemite, puis du sommet d’El Capitan (2015), de la High Sierra (2017) et enfin du Mojave (2018), grande étendue désertique au Sud de la Californie d’être mises en lumière par la marque.  

 

S’il faut voir dans ces annonces un coup de projecteur intéressant pour une région, on peut aussi s’interroger sur son impact en matière d’overtourisme. Dans le cas de Catalina, la question se pose d’autant plus. Sur certaines pages d’avis en ligne, l’île est décrite comme étant prise d’assaut par les touristes. Une internaute signale d’ailleurs la chose suivante sur TripAdvisor : “Catalina est magnifique mais l’ambiance est fortement dénaturée par la pollution auditive, touristique”. De là à ce qu’un logiciel système bouleverse l’économie touristique locale, il est encore difficile de faire le lien.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *