Entre influence et méfiance, comment les jeunes s’informent sur les réseaux sociaux ?

i-tourisme

A l’heure où les législations contre les fake news ont le vent en poupe, les réseaux sociaux restent pourtant l’outil numéro un des Millenials pour s’informer. 

 

Indépendamment de leur nationalité, partout à travers le monde, les jeunes de 15 à 34 ans, accordent une place prépondérante aux réseaux sociaux dans leur vie. Une étude publiée par Médiamétrie en juillet 2018 relatait que Twitter, Facebook, Instagram et consorts représentent le premier moyen d’information des 15-34 ans en France, qui les utilisent quotidiennement pour 71% d’entre eux. Les petits Français ne sont pas les seuls à être accros à ces canaux de communication et d’information. Ils sont rejoints dans les sondages par leurs semblables Américains ou Canadiens, qui, dans une récente étude Maru/Matchbox pour la Fondation pour le journalisme canadien, déclarent principalement s’informer via les réseaux sociaux comme Facebook, Instagram et Twitter.  

 

Un impact jusque dans le choix de voyages

 

Mais la pratique intensive des réseaux sociaux dépasse le simple cadre du quotidien et s’exporte aussi en vacances. En effet, pas question de ne pas emmener Instagram, Facebook ou Twitter dans ses valises. Parce que le rôle de l’image est corrélatif de l’univers des voyages, Facebook puis Instagram ont su montrer leur fort potentiel à devenir la carte postale 2.0. Si pour une majorité de jeunes, qu’ils soient Italiens, Espagnols, Américains ou Français, la dimension instagrammable d’une destination est souvent l’élément déclencheur dans la réservation des voyages, la manière d’utiliser ce moyen de communication en itinérance diffère toutefois d’un pays à l’autre, comme nous l’indique la dernière étude eDreams à ce sujet. Ainsi, on remarque que les voyageurs américains sont plus accros aux retouches (pour 51% d’entre eux), quand 49% des Français ont recours aux filtres. Autre critère important dans le choix des vacances, celui des créateurs de contenus qui portent à juste titre le nom d’influenceurs. 47% des voyageurs, toute nationalité confondue affirment choisir choisir leur destination grâce à une influence extérieure. Les femmes sont d’ailleurs plus sensibles à ce type de publications.

 

Accros mais sceptiques

 

Bien que ces médias fassent partie intégrante de leur vie, les Millenials prennent aussi conscience de certains aspects négatifs dans leur utilisation intensive. Paradoxalement, comme le révèle le rapport eDreams, c’est cette génération “Netflix” qui apparaît la plus critique : ils sont en effet 41% à penser que ce type d’attitude empêche les voyageurs de profiter pleinement de leur séjour. Dans le même temps, l’étude américaine Maru/Matchbox indique que moins de la moitié des Canadiens (32%) et des Américains (43%) déclarent faire confiance aux réseaux sociaux comme source d’information. A leurs yeux, ces sources se présentent comme la moins fiable de toutes les manières de s’informer.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *