Etude Booking : des vacances plus connectées que jamais

i-tourisme

Le site d’e-commerce vient de rendre une étude sur l’importance que les touristes accordent aux réseaux sociaux. 

 

“Instagram a -t-il tué les vacances?” se demandait l’Obs en août dernier en titre de l’un de ses articles. Certains répondront oui, argumentant qu’à force de photographier leurs vacances, des touristes oublient de les vivre. D’autres diront qu’au contraire, les réseaux sociaux n’ont jamais poussé autant de gens à partir en voyage. En témoigne ces musées à selfie qui battent le plein partout à travers le monde (le Museum of Ice Cream ou la Color Factory aux Etats-Unis sont les plus connus). Si Instagram, Twitter, Facebook, peuvent faire figure de murs géants à cartes postales, leur intérêt publicitaire est aussi bien compris des professionnels du tourisme.

L’influence des réseaux sociaux

 

Et les récents chiffres publiés par Booking.com devraient confirmer cet engouement. D’après l’étude, les réseaux sociaux participent à la préparation d’un voyage, avant, pendant et après celui-ci. 21 500 voyageurs de 29 pays différents ont été interrogés et pour une grande majorité, toutes nationalités confondues, les plateformes en ligne semblent être une source d’inspiration essentielle. De fait, 17% des voyageurs prennent pour exemple les vacances de leur influenceur préféré pour organiser les leurs allant jusqu’au mimétisme pour 9% d’entre eux qui reproduisent les pauses et photographies de leur idole virtuel. De plus, 43% d’entre eux préparent leur valise avec en tête la photo qu’ils pourraient réaliser pour leur profil. L’hébergement dans ce qu’il a d’instagramable joue aussi un rôle important puisque 26 % des touristes cherchent un lieu unique en son genre de sorte qu’ils puissent avoir le sentiment d’être avant-gardiste. Enfin, et c’est là que peuvent apparaître certaines limites du virtuel  : 7% des sondés avouent avoir déjà prétendu être toujours en vacances alors qu’ils étaient déjà rentrés chez eux.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *