Le paiement partagé débarque sur les pistes

i-tourisme

La station de ski d’Avoriaz a fait appel à une fintech pour proposer aux vacanciers une nouvelle option de paiement partagé sur son site, dès les vacances d’hiver.

 

Le domaine d’Avoriaz est la première station de ski à s’équiper d’un dispositif innovant de paiement partagé. La SERMA (Société d’Exploitation des Remontées Mécaniques de Morzine-Avoriaz) a recours  à PLEDG, une solution digitale pour réaliser des achats en groupes. Idéal dans le contexte des vacances au ski où de nombreux groupes d’amis, de familles se retrouvent, cette fonctionnalité gratuite doit permettre de faciliter les paiements. Désormais, chacun pourra payer sa part sans qu’une seule personne avance l’intégralité de la somme pour l’ensemble du groupe. Déjà familière du secteur touristique et lié aux loisirs, la fintech PLEDG intervient néanmoins pour la première fois sur les pistes. Pour avoir accès à ce service, les skieurs doivent se rendre sur le site de la station https://www.skipass-avoriaz.com, puis sur la page de paiement du site où il leur est proposé de “payer à plusieurs”.

 

Le client renseigne ses forfaits de ski et les adresses mails des différents participants au séjour. Ce dernier ne règle que le montant de sa part, PLEDG se charge d’avancer le reste de la somme du groupe et d’informer par mail, les autres participants de leur part à régler. La station de Haute-Savoie n’en est pas à son coup d’essai en matière de paiement dématérialisé. En 2016, la société Payintech qui propose des solutions de paiements cashless, avait équipé la station de bracelets tout-en-un à l’occasion de l’European Gay Ski Week. « Nous souhaitons nous démarquer par le service apporté à nos clients en proposant des solutions innovantes et adaptées aux nouveaux modes de consommation, comme ce paiement partagé plébiscité dans d’autres secteurs liés au loisir », a ainsi fait savoir Alain Blas, Directeur Général de la SERMA.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *