Macron annonce que 5 milliards d’euros seront investis dans la tech

i-tourisme

A la veille du rassemblement tech « France Digital Day », Emmanuel Macron a annoncé devant un parterre d’entrepreneurs l’arrivée de nouvelles mesures pour stimuler l’innovation d’ici 2025.

 

A l’occasion de la nouvelle édition de France Digitale Day, l’événement qui rassemble l’écosystème start-up européen à Paris, le président Emmanuel Macron a convié mardi 17 septembre à l’Elysée le gratin de la tech et de la finance. L’objectif étant d’inviter les investisseurs français, assureurs et banquiers, à appuyer financièrement le lancement de jeunes pousses françaises. Ces derniers ont déjà promis d’apporter 5 milliards d’euros aux start-up en forte croissance. 2 milliards seront consacrés aux fonds « late stage », dont les levées de fonds atteignent plusieurs dizaines de millions d’euros.  Le reste de cette somme colossale, soit 3 milliards d’euros, ira par ailleurs dans des fonds investissant dans la tech en Bourse. Le président a également fixé comme objectif de créer 25 licornes françaises (start-up valorisée à plus d’un milliard de dollars) d’ici 2025.

A travers ces annonces, Emmanuel Macron souhaite accélérer la tech made in France sur la scène internationale : « Il y a dans ce rassemblement d’aujourd’hui la volonté de promouvoir un esprit très français de l’innovation« , a-t-il déclaré.  « Notre objectif est de faire de la France l’écosystème tech numéro un en Europe », a complété Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique dans le journal Les Echos. L’accélération du rythme de développement des start-up est déjà suivi d’effets comme le montrent les derniers chiffres des montants levés par ces jeunes pousses françaises sur deux ans : 2,8 milliards d’euros en 2017, 3,6 milliards en 2018, « plus de 5 milliards sans doute cette année« , comme le prévoit le président de la République.

 

Faire de la France une destination tech

 

Outre la participation des investisseurs privés pour parvenir à ses nouveaux objectifs, l’Etat devrait également mettre la main à la patte. « L’État doit aider les start-up à croître en levant les freins réglementaires et administratifs à leur développement« , a fait savoir Emmanuel Macron. L’attractivité doit être dans un premier temps endogène : le gouvernement va se doter d’un réseau de correspondants « start-up » dans l’ensemble des ministères et services publics « pour répondre aux problématiques particulières de ces institutions ». Puis exogène : le pays a pour ambition de devenir la destination privilégiée des talents digitaux du monde entier.

Les changements doivent aussi s’opérer à l’échelle scolaire. Le gouvernement a ainsi pour objectif de faire évoluer le système de formation français selon les besoins des entreprises de la tech et des autres secteurs, impliquant ainsi au niveau de chaque région la mise en place d’une « gestion prévisionnelle des compétences ». Parcoursup, la plateforme destinée à orienter les voeux des lycéens vers l’enseignement supérieur, pourrait être à ce titre un outil de premier plan pour accéder aux formations dans la tech où il y a des débouchés.

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *