Salon du Bourget 2019 : Airbus repense l’avion du futur

i-tourisme

Nommé chef exécutif du groupe Airbus depuis avril 2019, Guillaume Faury vient de dévoiler ses objectifs à courts et moyens termes pour Airbus, intégrant en premier lieu les nouvelles technologies à sa stratégie.  

 

Alors que s’ouvre aujourd’hui la 53e édition du Salon du Bourget, le patron d’Airbus, Guillaume Faury, a déjà donné un avant-goût des nouveautés présentées par le constructeur aéronautique pour les années à venir. Ces annonces interviennent dans un contexte des plus agités pour le secteur aérien, vivement critiqué pour son empreinte carbone. D’un côté, une taxe kérosène sur les vols intérieurs vient d’être débattue à l’assemblée, de l’autre, des appels au boycott du transport aérien ont été largement relayés sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, les géants de l’air sont appelés à relever de nouveaux défis. D’autant que le nombre de passagers risque très fortement de doubler d’ici à 20 ans. La vision stratégique d’Airbus pour l’avenir se résume donc en trois points : l’aviation sera verte, hybride et numérique. “Nous avons le privilège d’être la génération qui devra lancer ces technologies et probablement les prochains programmes avec ces technologies”, a déclaré Guillaume Faury auprès de l’AFP.

 

Des avions verts et hybrides

 

Plusieurs projets ont donc déjà été lancés par Airbus, à commencer par la recherche sur les écosystèmes et les infrastructures des avions hybrides et électriques pour réduire l’impact de l’aviation sur l’environnement. La première mouture d’avion à propulsion électrique est née en 2011. Baptisé E-Fan, ce prototype est finalement abandonné en 2017. Mais une grande partie des technologies développées pour l’E-Fan se retrouve dans de nouveaux projets, notamment l’E-Fan X, un démonstrateur de vol hybride avec plusieurs sources de carburant. En collaboration avec Rolls Royce pour la partie moteur “classique” et Siemens pour la partie moteur électrique, Airbus ambitionne de faire voler son prototype en 2020.

Ce nouvel essai devrait permettre d’étendre la propulsion hybride aux avions commerciaux. Aux côtés de l’E-Fan X, Airbus réfléchit également à d’autres moyens de transports aériens innovants. Avec Vahana ou City Airbus, le constructeur entend concurrencer des Boeing ou Uber lancés à pleine vitesse sur le marché des véhicules volants. Vahana, qui signifie “véhicule” en sanskrit, est un avion VTOL (aéronef à décollage et atterrissage verticaux). Il pourrait être utilisé par les navetteurs de tous les jours comme substitut à la voiture ou au train. Comme l’E-Fan X, Vahana devrait effectuer ses premiers vols pour l’année 2020.

 

 

Recruter des métiers d’avenir

 

Parmi tous ces changements en matière de mobilité, le numérique tient une place de choix. Il devrait devenir indispensable dans la chaîne de production des aéronefs, pour, par exemple fabriquer des pièces en 3D. Le numérique se déploie aussi dans le domaine des services. Voilà désormais deux ans que le constructeur aéronautique a donné naissance à la plateforme “Skywise”, un outil en ligne qui permet aux compagnies aériennes d’effectuer de la maintenance prédictive à partir d’une base de données que l’on appelle un data lake (ou lac de données). Des données de plus de 6000 avions, soit un nombre considérable d’informations, ont ainsi été répertoriées dans ce site. L’idée étant que les compagnies anticipent d’éventuels problèmes techniques, la survenue de pannes et ainsi de réduire le temps d’immobilisation des appareils. D’autres informations logistiques peuvent être greffées, agrégées sur ce même support, à savoir, les calendriers de livraison, d’inventaire, de configuration d’ingénierie… Si elles projettent d’améliorer leur performance opérationnelles grâce à cette plateforme, les compagnies espèrent aussi augmenter leurs résultats financiers.

Preuve que le numérique constitue un axe de développement important pour Guillaume Faury et son équipe, le volume d’embauches dans ce secteur est croissant. Portée par une conjoncture économique favorable (les carnets de commandes sont bien remplis), la société sollicite des postes formés aux métiers d’avenir, notamment dans les services de production bouleversés par l’arrivée de nouvelles technologies (réalité virtuelle, robots…).

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *