Fram a « repris sa place » et continue de se renouveler

Production
Fram, Michel Quenot, France-Line Michon et Frédéric Granel
Fram: Michel Quenot (directeur général), France-Line Michon (directrice des ventes) et Frédéric Granel (directeur général adjoint).

Une (bonne) notoriété retrouvée,  des labellisations claires en clubs et circuits, un outil Frampro que les vendeurs se sont appropriés, Fram aborde la saison 2018 « en confiance ». Le TO, dont les résultats restent à améliorer, compte sur ses équipes, ses vendeurs et ses clients.

 

‘Bien mais peut mieux faire.’ Pour Fram, c’est ce qui ressort du bilan positif et modeste dressé par son directeur général, Michel Quenot (voir aussi encadré ci-dessous).  Au tableau des satisfecit, plusieurs facteurs : des équipes qui ont fait « un travail exceptionnel », des distributeurs qui ont « réaffirmé leur confiance » et une  clientèle  qui « rajeunit » grâce à une communication « impertinente »

 

Une production 2018 en 224 produits dans 50 destinations  

La brochure été 2018 de Fram (436 pages) est dans les agences. Regroupant séjours, circuits et clubs Framissima, elle suit une division géographique. Le tour-opérateur a prévu quinze villes de départ « mais peut monter à 28 ou 30 selon les opportunités avec l’outil FlexiFram«  souligne le DG.

29 Framissima dont 17 labellisables

Fram compte 7 nouveaux Framissima cet été. Des implantations nouvelles (Monténégro, Sardaigne) et un remplacement (le Delphi Beach en Grèce à la place du Long Beach).  Surtout, le TO conforte sa stratégie de doublement des

implantations de Framissima adoptée en 2017 en Crète et au Maroc. Sur 2018, en Andalousie, il ajoute le Paraiso Marbella au Torrequebrada ; à  Palma c’est le Palia Sa Coma (avec accès direct à la plage), en plus de l’Ola Maioris et en Tunisie, l’Hammamet Club, en plus du Vincci Helios à Djerba.

 

Fram « concentre » son offre d’hôtels-clubs en Méditerranée/ Europe du Sud (23 clubs) et  complète avec Cuba, Egypte, Rép. Dom. et Sénégal. En nouveauté : une croisière labellisée Framissima, sur le Nil. Le TO qui a été le seul à ouvrir un hôtel-club en Egypte cet hiver s’en félicite : « il y a une vraie appétence des clients pour le produit et c’est le club sur lequel nous avons le plus fort taux de satisfaction» précise le DG.

 

 

« Notre souhait n’est pas de monter à 40 clubs tout de suite, faisons d’abord bien » précise Michel Quenot. En moyenne, le TO a 80 chambres engagées par établissement. 17 Framissima sont estampillés du label « club de vacances – qualité garantie » dans la brochure été 2018. « Ce sont les établissements éligibles au label » précise le directeur général.

Remettre l’accent sur les circuits

Deux gammes de circuits ont été créées l’an dernier, Tentation (première approche d’une destination avec les incontournables, pour 40 personnes et parfois plus), Evasions (plus dans le détail, plus de visites, entre 25 et 30 pax).

En nouveauté cet été, Fram propose des circuits privatifs pour 2 à 8 personnes en Afrique essentiellement : au Sénégal, en Afrique du Sud, au Maroc, en Egypte. Le TO introduit plus d’autotours (7 destinations) et de possibilités de combinés. Mais aussi des circuits en étoile comme au Monténégro avec le nouveau Framissima Princess.

Des attentions pour la distribution

« Tous les voyants sont au verts, c’est que du bonheur! » a lancé France-Line Michon, directrice des ventes, en évoquant la distribution. Déjà parce qu’avec 2.334 comptes agences, Fram en a gagné 10% « chez les indépendants et Tourcom même si on n’est pas dans Tourfinance». Il ne manque que Leclerc Voyages…

Des offres réseaux

Le TO soigne ses partenariats et va animer les vitrines jusqu’en mars. Avec Selectour, son premier réseau revendeur, c’est une opération « exceptionnelle » à partir du 10 février –le TO va récompenser les ventes. Avec Havas, Fram participe aux « Temps forts » sur le mois de janvier. Avec Carrefour, outre la brochure cobrandée, le TO répond aux appels d’offres. Avec Thomas Cook, Fram qui était présent à la convention de Djerba travaille des produits en coproduction.

 

Sans oublier pour les vendeurs : un livret manuel des ventes en 20 pages pour aller à l’essentiel de la saison 2018, des éductours et un mégatour à venir en Andalousie, des chocolats à déguster en fonction des progressions des ventes et bientôt des circuits dans le programme de récompense Traveller Fram.

Une clientèle rajeunie et fidèle

Fram se satisfait de très bons indicateurs de notoriété. Le TO est bien noté par une récente étude du cabinet Yougov : deuxième pour la progression du taux de recommandation tous secteurs confondus (entre Huawei et Volkswagen) et deuxième pour le taux de recommandation dans le tourisme, derrière Club Med et devant Look Voyages. Une place que le TO a reconquise : en 2016, il était classé cinquième.

 

Sans réelle surprise puisque les taux de satisfaction dans les études internes sont très élevés. « Sur l’été 2017, nous avons eu 90,5% de clients satisfaits de leurs vacances, 92% de leur hôtel et 93% qui envisagent de repartir avec Fram » a indiqué Frédéric Granel, directeur général adjoint du TO.

 

Une fidélisation qui s’accompagne d’un rajeunissement de la clientèle pour Fram. En 2017, le TO a noté que les moins de 35 ans représentaient 22% de sa clientèle contre 17% en 2013, tandis que la part des retraités passait de 29% à 21%. Un rajeunissement qui s’explique en partie par la campagne de pub « Guimard » du TO, volontairement « impertinente ». « Les clients ont été nombreux à dire qu’ils sont venus grâce à la pub qui leur a donné envie », ajoute le DGA.

 

« On rattrape le retard par rapport au business plan »

Michel Quenot, directeur général de Fram, a évoqué la « belle année 2017 » du tour-opérateur. Mardi 16 janvier, il a annoncé un chiffre d’affaires de « presque 200 millions d’euros » (exercice clos au 31 décembre) avec « une perte divisée par deux autour de 4 à 5 M€». Si les réservations individuelles ont crû plus vite que prévu : +40% (au lieu de +35%), la rentabilité ne sera pas forcément atteinte à la fin de cette année. « 2018 sera l’année du travail sur les marges » a-t-il confirmé, tout en ajoutant qu’on « n’est pas à 3, 6 ou 9 mois près ». Le bilan 2017 n’est «pas totalement satisfaisant mais encourageant » a résumé le DG. Pour 2018, le TO s’est fixé un objectif de croissance de 20% de CA.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *