Suivez-nous grâce à nos newsletters S'inscrire

Destinations

La sécurité, maître mot du retour des touristes au Kenya

Rassurer les Français, mission impossible ? Pas si sûr.
D’abord parce que les exactions se concentrent principalement sur une zone située proche de la frontière somalienne, que l’université de Garissa était en territoire déjà marqué au rouge par le Quai d’Orsay et que les TO prennent soin de créer des circuits situés tout au Sud, soit à l’opposé des frontières somaliennes.
 Cela tombe bien, c’est justement là que se concentrent les plus beaux parcs. La sécurité commence dès Roissy où Kenya Airways, seule compagnie à proposer des vols directs entre Paris et Nairobi, fait voyager exclusivement en Boeing 787 Dreamliner, avion de toute dernière génération et donc parmi les plus sûrs de la planète. Quand tout est bien organisé, un réceptif récupère les clients dès leur arrivée à Nairobi et les transfère à leur hôtel. Au Sarova Stanley par exemple, établissement avec qui travaillent plusieurs TO, les touristes devront, pour y entrer, se soumettre à une fouille en règle avec passage obligé des valises, sacs et vestes dans un poste d’inspection filtrage (PIF). Comme à l’aéroport. À noter qu’à Diani, sur la côte proche de Mombassa, la plupart des resorts sont entourés d’une muraille et les portes d’entrée sont protégées par deux miradors ! Quand la 4X4 arrive, des gardiens vérifient que le véhicule est bien attendu,  font le tour de la voiture, comptent les passagers. On reste rarement à Nairobi plus d’une nuit. Dès le lendemain, les touristes prennent la route en direction des parcs ou bien se dirigent vers le petit aéroport pour vols intérieurs. À nouveau, ils doivent se soumettre au poste d’inspection filtrage. Les fumeurs peuvent quitter la zone… mais doivent encore passer le PIF pour réintégrer la « salle d’enregistrement ». Curieusement, pour rejoindre l’avion, il faut parfois repasser par l’extérieur, et donc à nouveau franchir un poste de filtrage (pour les fumeurs, ce sera le 3e…).
Tous les parcs du Sud se situent à environ une heure de vol de Nairobi, effectuée à bord de petits avions à hélice d’une quinzaine de places. L’atterrissage s’effectue sur une piste en macadam ou en terre battue. Loin de tout. Et en particulier d’une quelconque attaque terroriste. La magie du Kenya peut s’opérer. Savanes à perte de vue, lions, éléphants, hippopotames, zèbres, gnous… sont au rendez-vous. 
Les guides invitent les touristes à investir les 4X4 avec interdiction d’en descendre. Les fauves assimilent les passagers au véhicule, ils dissocient rarement les deux et l’odeur de gasoil favorise le fait qu’ils n’aient pas peur des êtres humains… ni envie de les manger.
Dans les parcs, l’hébergement prend souvent la forme de campements. Ils sont pour la plupart somptueux, d’un très grand confort. Ils sont aussi ouverts sur la savane. Le jour, on peut y circuler sans entraves. La nuit, consigne est donnée d’appeler un gardien à l’aide d’un talkie-walkie afin qu’il serve d’escorte jusqu’aux parties communes.
Parfois, les rangers sont là (notre photo, dans le parc de Tsavo), armés de pistolet mitrailleur à balles réelles, leur rôle est avant tout de tirer en l’air pour effrayer les bêtes trop entreprenantes.  
Évidemment, on ne peut pas écrire que le Kenya est, d’une manière générale, un pays sûr. Mais une chose est certaine, les compagnies aériennes, TO, réceptifs, hôteliers et gestionnaires de parcs, s’investissent beaucoup pour que les circuits empruntés le soient au maximum. Et que la magie du Kenya puisse pleinement s’opérer.

Auteur

  • Didier San Martin
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format