Suivez-nous grâce à nos newsletters S'inscrire

I-Tourisme

Cahier tendances du Welcome City Lab : Tendance 4, Les milléniaux 

Les milléniaux, ces grands voyageurs épris de courts séjours, road trips, échanges étudiants et autres stages...

Crédit photo ©DR

Chaque jour cette semaine, I-Tourisme et Le Quotidien du Tourisme vous proposent de découvrir en feuilleton la dernière édition du Cahier tendances du Welcome City Lab. Quatrième tendance : les milléniaux. 

Ah les milléniaux, ces grands voyageurs épris de courts séjours, road trips, échanges étudiants et autres stages… Toutes les raisons leur sont bonnes pour partir à l’aventure. À la découverte de l’autre et de soi-même. « Le voyage est non seulement ancré dans les habitudes de ma génération », explique Chloé St-Hilaire, Finissante au B.A.A en gestion du tourisme et de l’hôtellerie à l’ESG UQAM, « mais il est également fortement valorisé. Selon une recherche d’Expedia Group, les milléniaux sont ceux voyageant le plus, avec une moyenne de 3.1 voyages par année ».

Hélas ! 2020 en a décidé autrement… Depuis mars dernier, la pandémie mondiale obligea les voyageurs à poser leurs valises et à s’interroger sur comment les aspects de santé et sécurité viendront-ils changer les habitudes de voyages des milléniaux ?

Planifier son prochain voyage… autrement ?

Il est complexe d’établir les nouvelles habitudes de voyage qui résulteront de la crise actuelle. Malgré les données récoltées à ce sujet dans les derniers mois, il faut garder à l’esprit que la société a tendance à rapidement retrouver ses vieilles habitudes et passer par-dessus certains événements traumatisants.

De fait, selon une étude du GroupExpression, agence de marketing et communication spécialisée dans le tourisme, 64% des milléniaux attendent impatiemment leur prochain départ. Cette statistique laisse croire que les milléniaux, qui ne représentent qu’une infime partie des victimes de la Covid-19, favorisent leur santé mentale avant leur santé physique. Le besoin de rencontrer, échanger, découvrir est peut-être même plus présent qu’en temps normal où l’envie de rester tranquille à la maison prenait parfois le dessus.

Toutefois, bien que certains milléniaux ne semblent pas particulièrement effrayés de reprendre l’avion pour des questions de sécurité, la Covid-19 risque tout de même d’amplifier certaines tendances actuelles telle que le #flygskam (la honte de voyager en avion) et d’ainsi influencer les choix de voyages. En effet, avec la popularité des expériences authentiques et du tourisme durable, la crise actuelle donne une raison de plus aux milléniaux de faire des choix correspondant à leurs valeurs liées au développement durable.

Un autre tourisme plus nature

Normalement friands d’expériences urbaines et de longs weekends, il y a fort à parier que les milléniaux soient plus attirés que jamais par les escapades en nature. Que ce soit en glamping, en van ou dans un petit hôtel indépendant, la distanciation physique sera beaucoup plus accessible et agréable que dans un tout inclus.

Et pour ceux qui préfèrent les voyages où il est moins évident de respecter la distanciation physique, se sentiront-ils autant en sécurité qu’auparavant ? Tout ça dépendra du lieu. Les destinations où le tourisme de masse est courant devront alors mettre en place des pratiques de contingence pour assurer la sécurité des visiteurs. Mais s’il fallait réserver toutes les visites et expériences à l’avance, est-ce que les milléniaux, qui adorent les voyages de dernière minute, vont autant apprécier leurs expériences ?

Repenser la perception du risque 

Un autre élément fort intéressant mis en avant par cette crise est que les destinations dites à risques ne sont peut-être pas celles que l’on croyait. A la perception du niveau de danger des destinations, s’est ajouté un nouveau facteur : la réponse à un danger biologique. Est-ce que le niveau de risque d’un festival sera désormais perçu en fonction de sa localisation ou de ses participants ? Si oui, des pays comme l’Italie, la France et les États-Unis risquent d’en payer le prix. Et c’est sans parler de Montréal, reconnue mondialement pour sa saison de festivals tous plus variés les uns que les autres, qui doit maintenant reconstruire sa réputation de destination sécuritaire.

Qui sait, peut-être qu’une destination habituellement perçue comme « à risque », mais qui a bien géré la propagation du virus, aura désormais une meilleure réputation que Montréal quant au danger potentiel ? Ce mouvement de balancier risque d’être fort intéressant à suivre dans les prochaines années. Est-ce que ce seront les pays avec le plus de moyens qui auront les meilleures mesures de santé et sécurité ? Pas forcément.

Nouvelle sensibilité

Finalement, il faut s’interroger si cette nouvelle sensibilisation à la santé publique viendra impacter les pratiques touristiques plus collaboratives telles que le couchsurfing, le covoiturage, le repas chez l’habitant, etc. Bien qu’elles permettent souvent de vivre des expériences authentiques, la crainte de l’autre et de la propagation du virus pourrait malheureusement réduire la popularité de ce genre de pratiques pourtant économiques et écologiques. 

En somme, comme dit Albus Dumbledore : « on peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres... Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière ». Autrement dit, dans cette crise mondiale, il ne tient qu’à nous de développer ou de soutenir d’intéressantes innovations touristiques durables. Considérant que les milléniaux risquent d’augmenter leurs voyages de proximité, il est nécessaire de mettre en place des mesures favorisant l’émergence de nouvelles solutions écologiques et viables facilitant les déplacements en dehors des grandes villes.

Auteur

  • RÉMI BAIN-THOUVEREZ
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format