Suivez-nous grâce à nos newsletters S'inscrire

I-Tourisme

Sylvain Caucheteux, Directeur général de Cirkwi : « Nous sommes le Google du tourisme pour les professionnels » 

Cirkwi

Pour Sylvain Caucheteux, la valeur ajoutée de Cirkwi, "c’est sa capacité à aller rechercher de la donnée touristique en fonction de paramètres définis"

Crédit photo DR

Sylvain Caucheteux, Directeur général de Cirkwi, nous explique ici les points forts de sa techno qui met à disposition des professionnels du tourisme une base de données de plus de 3,5 millions de lieux et activités partout dans le monde.  

Quotidien du tourisme / I-tourisme : Quelle est la valeur ajoutée de la solution Cirkwi ?
Sylvain Caucheteux : Toute proportion gardée, nous sommes le Google du tourisme, c’est-à-dire un moteur de recherche spécialisé et spécifique sur ce secteur. La valeur ajoutée de notre technologie, c’est sa capacité à aller rechercher de la donnée touristique en fonction de paramètres définis. Les avantages utilisateur sont nombreux : une garantie d’exhaustivité de l’information doublée de la faculté de les sélectionner grâce aux outils que nous mettons à la disposition des professionnels. 


QDT / i-t : Votre cible est donc BtoB ?
S.C. : Assurément. Notre business model repose sur tous les partenariats que nous montons avec les professionnels du secteur : les offices du tourisme, les agences de voyages, les hôtels, les TO, etc... Nous travaillons déjà avec 800 d’entre eux en France, en Belgique et en Suisse. 


QDT / i-t : Pouvez-vous nous donner un exemple ? 
S.C. : Prenez le cas d’un office du tourisme. Son objectif est de valoriser sa destination. La mise à jour de ses contenus POI (points d’intérêt touristique) ainsi que l’absence d’informations en langue étrangère peuvent poser problème. Par exemple, si un musée change ses horaires suite à de nouvelles mesures sanitaires, les modifications vont se faire à la main. À l’inverse, notre moteur de recherche va directement sourcer les informations sur internet avec comme bénéfice important de disposer des mises à jour permanentes. Ensuite, tout est fluide. L’office du tourisme, avec un paramétrage préalable, va pouvoir pousser la bonne information au bon endroit et ce, automatiquement. 


QDT / i-t :  Comment procèdent-ils ?
S.C. : Nos outils sont disponibles en mode SaaS. Nos clients disposent de filtres qui permettent de sélectionner les informations qui concernent leur destination et qu'ils peuvent ensuite, via une simple API, pousser sur leur propre site internet. Nos clients, en fonction de leur stratégie de communication, pourront choisir de mettre en avant leurs ‘’must see’’ ou au contraire des lieux insolites. C’est tout l’intérêt de l’information structurée et de nos algorithmes : faire varier les choix, en quelques clics, en fonction de la situation. 


QDT / i-t :  Pour un office du tourisme, on comprend. Mais pour un hôtel ?
S.C. : Idem. Un hôtel va multiplier par trois ses chances d’obtenir des réservations. Une étude Ipsos révèle que le principal critère de choix d’un voyageur, ce n’est ni chambre, ni la salle de bain. Mais à 86% la proximité avec un point d’intérêt touristique. Nous lui apportons les outils pour valoriser sa situation dans son contexte local. 


QDT / i-t :  Ce que fait Via France ? 
S.C. : Via France, et d’autres... Une kyrielle de solutions connecte des sites e-commerce de voyage à une base propriétaire avec des flux extérieurs. Mais aucune de ses solutions ne s’appuie sur un système de mise à jour en temps réel, ne promet l’exhaustivité de l’information structurée, le tout en plusieurs langues. C’est toute la différence avec Cirkwi. 


QDT / i-t :  Continuons à passer en revue les métiers du tourisme. Qu’apportez-vous aux agences de voyages ?
S.C. : La même faculté d’enrichir leurs sites internet, bien sûr, mais aussi pour les points de vente, les moyens de crédibiliser leurs expertises. Soyons clairs, les vendeurs ne peuvent pas connaître par cœur les destinations du monde entier. Ils peuvent s’adosser opportunément à nos technologies, même en vis-à-vis, lors d’une vente. Nous leur apportons la possibilité de proposer des activités en fonction du profil des clients via un simple onglet connecté à notre base. Dès lors, il devient facile de parfaire la vente d’un package avec les centres d’intérêts du client et d’améliorer son degré de satisfaction. Mais ils pourront aussi remplacer le carnet de voyage par un guide numérique personnalisé… C’est le concept de STORYGUIDE - un guide … sous forme de story, que nous avons créé cet été et que nous proposons depuis la rentrée aux professionnels. 


QDT / i-t :  Vous pouvez développer ?
S.C. : Le carnet de voyage se présente comme un document fermé et statique. Résultat, une fois sur place, les clients vont sur Google maps sans bénéficier d’aucun filtre pour améliorer leur expérience. Nous offrons l’opportunité de lui donner un guide de voyages numérique, paramétré en fonction de ses centres d’intérêt, le tout animé : un STORYGUIDE. Un concept très différent de celui offert par les guides papier avec leur 350 pages figées et pas toujours actualisées. Rien à voir avec la diversité du voyage offert par nos 3,5 millions de points d’intérêt référencés dans notre base mondiale et multilingue. 


QDT / i-t : Vous faites souvent référence à l’exhaustivité, c’est l’un de vos points forts ?
S.C. :  Oui, sachant que c’est une diversité adressable. C’est-à-dire s’adaptant au profil des clients. Si je prends l’exemple de Paris, nous référençons 35 000 points d’intérêt. Ce qui est intéressant c’est de pouvoir sélectionner uniquement ceux qui vous conviennent. À l’inverse, si je prends l’exemple de Tripadvisor, il est surtout présent dans les grandes métropoles, donc ne présentant pas un caractère exhaustif en dehors de son périmètre de prédilection. De notre côté, en référençant l’exhaustivité des centres d’intérêt présents sur internet, c’est le monde entier qui s’offre dans sa diversité, tout en gardant la possibilité d’orienter vos choix.


QDT / i-t : Vous avez mis combien de temps pour référencer tous ces points d’intérêt ?
S.C. : Ce n’est pas le référencement qui prend du temps. Nous ne faisons que d’aller sourcer internet pour indexer l’information. C’est la R&D qui a pris deux ans pour traiter la donnée de façon algorithmique. D’où l’opportunité de créer des storyguides personnalisés à l’infini. Imaginez plutôt le Guide du routard qui propose 150 guides différents pour adresser le monde et LonelyPlanet, peut-être 600 … Au lancement de storyguide.travel cet été, nous proposions déjà 22 000 guides automatiques du monde entier, sous forme de story !


QDT / i-t : Avez-vous des clients chez les compagnies aériennes ?
S.C. : Oui, car elles ont bien compris qu’en dehors du prix du siège, elles n’ont pas beaucoup d’autres leviers de différenciation.  Nous pouvons leur monter un site clé en main avec des propositions de circuits touristiques de façon à améliorer l’engagement client, la conversion et la satisfaction. Nous avons développé un partenariat avec Arneo, une agence spécialisée Travel, pour intégrer leur nouvelle plateforme Flyneo, dédiée aux compagnies aériennes. 


QDT / i-t :  Combien ça coûte ?
S.C. : Notre modèle est fondé sur du SaaS, avec un abonnement mensuel qui varie en fonction des usages. En revanche, pour les TPE comme les hôtels ou les gîtes, c’est gratuit. Nous nous rémunérons à la performance. 


QDT / i-t :  Pour terminer, vos clients ne craignent-ils pas de perdre leur internaute avec vos liens de redirection ?
S.C. : J’entends cette inquiétude. Mais qui peut croire que vous êtes propriétaire de vos clients ? Dresser des clôtures ne sert à rien. Il s’agit de leur apporter le meilleur service, c’est la manière la plus sûre de les conserver, et de les faire revenir. Nous pensons, modestement, que nous allons leur en donner les moyens.  
 

Auteur

  • Rémi Bain-Thouverez
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format