Suivez-nous grâce à nos newsletters S'inscrire

Actualité

Remise de la Légion d’honneur à Laurent Abitbol par Nicolas Sarkozy

« La politique c’est la vie avec une loupe. Et cette vie n’a de sens que si vous savez aimer les gens. Ce que je retiens de cette décoration de la Légion d’honneur pour Laurent Abitbol, c’est bien entendu la valeur du mérite qu’elle représente, mais aussi la reconnaissance de quelqu’un qui sait aimer les gens et qui ose le dire. »

Voilà les quelques mots adressés par Nicolas Sarkozy à l’intention de Laurent Abitbol lors de sa remise de la Légion d’honneur. Il faut reconnaître que cette cérémonie, se déroulant dans les salons de cette magnifique préfecture inscrite et classée au titre des monuments historiques, brillait sous les ors de la république. Cette pause protocolaire suspendait le temps. Non pas pour oublier la réalité économique désastreuse de la pandémie ou le dramatique conflit à l’est de l’Europe, mais pour célébrer, ne serait-ce que l’espace d’une soirée, la ténacité d’un homme qui n'a jamais abdiqué. Par inférence, le modèle se proposait comme une démarche transposable pour nous tous : l’idée que l’épreuve se présente comme une occasion de grandir.

Nicolas Sarkozy le rappelait : « Votre père malade, vous-même malade, les difficultés structurelles et conjoncturelles du secteur du tourisme qui n’a jamais eu la reconnaissance ni la place qu’il mérite au sein de nos ministères, n’ont pas entamé votre détermination. Vous n’avez jamais baissé les bras. »

"Je connais votre sensibilité"

Près de moi, un chef d’agence, pourtant plutôt connu comme contestataire à l’intérieur de la coopérative, reconnaissait de par lui-même ‘’ l’inlassable opiniâtreté du président de Selectour’’. Et l’ancien président, de la République cette fois, d’insister sur la valeur éthérée de cette décoration :

« Je connais votre sensibilité et j’aime les hommes sensibles. Cette croix de la Légion d’honneur, je sais que pour vous c’est d’abord une reconnaissance que vous portez pour votre famille, vos amis, vos collaborateurs. Votre père vous a récemment quitté, mais la vraie mort c’est lorsqu’on oublie. Vous ne l’oubliez pas. Il ne vous oublie pas. Il vous voit de son ciel et il est tellement fier de cette décoration». Laurent Wauquiez, présent également, dans un discours très court, très sobre,témoignait à son tour : « Inutile de clamer de longues phases. Il suffisait de croiser le regard de votre maman pour tout comprendre. Elle rayonnait de joie. » Ce soir du 18 mars, la joie se partageait…

Une cérémonie à la hauteur

Laurent Abitbol ne se dérobait pas, avouant avec insistance que cette décoration reflétait d’abord le travail de tous ses proches. Un peu comme vouloir donner à tous les participants de cette cérémonie un petit reflet à emporter de l’éclat de cette récompense. Nicolas Sarkozy d’ajouter :

« Lorsque Jacques Chirac m’a donné la Légion d’honneur, c’était dans son bureau, sans décorum, ni public. Il me dit : alors Nicolas, pas de discours, voilà votre croix... Je n’ai pas eu de discours,pas de cérémonie, pas de cocktail, mais j’étais quand même très heureux. » Laurent Abitbol a eu son discours, une belle cérémonie, un cocktail avec tout ce qui compte de la profession du tourisme et il est très heureux. Nous le sommes aussi pour lui. La joie se partage…

Sinon, impossible de ne pas évoquer une autre cérémonie deux jours avant. Les mêmes participants de ce soir, rendaient hommage dans la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse à notre vieux lion comme l’élève Jean-Pierre Mas. Il s’agit bien sûr de Georges Colson, immense personnalité du tourisme. Lui aussi avait reçu la Légion d’honneur. Je m’étais permis de l’interpeller à l’époque, en aparté, le questionnant sur le pourquoi d’une énième récompense alors qu’il était encore au sommet de sa carrière. Et lui de me toiser un peu surpris voire quelque peu irrité : « Mais enfin me dit-il, la Légion d’honneur ce n’est pas rien ! » Et oui, ce n’est pas rien.

Nicolas Sarkozy le proclamait: ‘’La vraie mort c’est lorsqu’on oublie’’. Georges, nous ne t’oublions pas.

Revenons à la vie. Celle de la loupe : ‘’celle qui aime les gens’’. La famille du tourisme, car c’est bien une famille, aime à se mobiliser, témoigner, reconnaître, célébrer les grands moments. La joie des participants de se retrouver dans les salons majestueux de cette préfecture chargée d’histoire, comme avant, sans masque, qui plus est pour une belle cause, se mêlait comme par osmose à celle de Laurent Abitbol. Et oui, Laurent, une légion d’honneur, ce n’est pas rien ! La preuve : la joie, elle se partage…

Auteur

  • Rémi Bain-Thouverez
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format