Pourquoi l’Egypte sera la destination de l’année 2019

Destination
Le temple de Philae, une visite impressionnante lors d'une croisière sur le Nil.

La reprise du tourisme en Egypte est une réalité. En 2017, le pays a reçu 8,2 millions de touristes (+54,7%), dont 140.000 Français (+146%). Revenue dans le top 10 des ventes en France, l’Egypte est programmée par un nombre croissant de tour-opérateurs. Circuit en bateau sur le Nil ou séjour en mer Rouge, il y en a pour tous les goûts!

 

Des vacances en Egypte ? Et pourquoi pas ? Depuis un an et demi, l’offre de voyages augmente sur la destination. Elle rencontre une demande croissante des Français. Revenue dans le Top10 des ventes en agences de voyages à l’été 2018, l’Egypte était mi-décembre à +160% chez les tour-opérateurs du Seto.

 

Aux voyagistes (Kuoni, Voyageurs du Monde, Travel Evasion) qui, depuis le Printemps arabe, ont maintenu une présence sur le Nil, se sont ajoutés en 2017 FTI et Fram sur la mer Rouge. « Cette saison, une dizaine de TO membres de l’association programme la destination », indique René-Marc Chikli, président du Seto. Et de citer également parmi les principaux acteurs Intermèdes et Mondial Tourisme.

Force de l’Egypte pharaonique

En pointe sur la relance de la destination et spécialiste des croisières Nil, Kuoni a édité deux tirés à part en 2017 (hiver et été) puis cet hiver une brochure spéciale Egypte de 44 pages! « Pour de nombreux clients et vendeurs, le fait que Kuoni programme plus largement l’Egypte est un signe rassurant », analyse Catriona Dempster, directrice de marché et passionnée par le pays. « Nous avons conservé nos liens avec nos réceptifs égyptiens, ce qui nous permet de proposer cette large gamme de voyages en Egypte, y compris à la carte. »

 

« Une dizaine de TO membres de l’association programment
la destination »  René-Marc Chikli (Seto)

 

Autres indicateurs –mainstream– d’une reprise de l’Egypte culturelle, la programmation d’un Framissima sur le Nil (depuis l’hiver dernier) ou la part des croisières dans l’activité de Travel Evasion (80% contre 20% pour la mer Rouge).

 

Associé à Tarot Tours, le TO toulousain resté présent en B2B (chez les pure players) était « prêt avec des bateaux rénovés et utilisés en permanence pour accompagner la reprise amorcée l’an dernier » explique Patrick Abenin. Et d’annoncer « 13.482 clients Egypte pour Travel Evasion en 2018 (janvier-décembre), soit le double de l’année précédente, et déjà 10.000 bookings ferme pour 2019 ! » Avec « des engagements groupes de 40 à 200 pax sur l’hiver 2019 et même pour 2020 ».

 

Nouveaux opérateurs croisières sur le Nil

FTI Voyages revendique 60% de parts de marché sur l’Egypte avec « 27.000 clients français l’an dernier ». Le TO, dont la maison mère a le groupe égyptien Orascom pour actionnaire, a creusé son sillon sur le balnéaire dès l’hiver 2017. Axel Mazerolles, son DG, se félicite d’avoir « fait ce choix avant les autres ». Après Hurghada, El Gouna et Marsa Alam, FTI se lance cette saison sur la croisière.

 

« Les clients réclament l’excursion au Caire, nous l’avons intégrée dans plusieurs programmes » Catriona Dempster (Kuoni)

 

Jet tours revient cet hiver avec deux croisières sur le Nil et du séjour balnéaire. Voyamar se lance avec deux croisières. Visiteurs également. «Nous observions l’évolution de la situation, la reprise sur la mer Rouge…, commente Armelle Le Scaon, directrice de production de Visiteurs qui a créé cette année une section Proche et Moyen-Orient. Depuis novembre, nous avons deux croisières sur le Nil avec un bateau dédié sur le marché français et déjà plus de 500 personnes en prises de commande ! »

 

Retour des vols province-Louxor

« C’est une belle reprise de la destination », confirme Ans Westerhoven, présidente d’Air Masters. Le consolidateur aérien « continue à ajouter » des vols entre Paris et l’Egypte. « Nous passons de 2 à 4 avions et jusqu’à 6 à 7 vols en haute saison, y compris avec de l’A330 à 300 sièges. Pour l’hiver 2018-2019, on aura même plus de vols sur Louxor que sur Hurghada! »

 

En parallèle des Paris-Louxor, sur lequel de nouveaux TO se sont engagés cette année, Air Masters va relancer des vols « au départ de Lyon et Nantes à partir de février 2019 ». « On va suivre les remplissages mais il y a de fortes chances que les vols soient directs et pas en double toucher comme prévu initialement » ajoute la dirigeante.

 

Travel Evasion a déjà pris des blocs sièges sur ces vols de province. Visiteurs s’est positionné. Cet hiver, FTI affrète un avion sur Louxor au départ de Bâle-Mulhouse. «Ce sera via le dynamic package pour les autres départs », précise Axel Mazerolles.

 

Des productions Egypte étoffées

La formule circuit-croisière (un vol + un bateau en tout compris) se vend « facilement » selon les TO. « Sur les vacances scolaires de Noël, du Nouvel An et de février, l’Egypte est un véritable succès » indique Catriona Dempster de Kuoni. D’où l’intérêt de proposer autre chose et d’étendre la gamme de produits.

Le Caire et les pyramides restent incontournable. En bus ou en hélicoptère, une extension sur Abou Simbel est toujours proposée avec les croisières Nil. « L’offre a évolué avec Abydos, Dendérah et même Alexandrie en excursion journée » souligne Patrick Abenin.

 

« 50% de nos ventes comportent une extension sur Le Caire, les clients la réclament, nous l’avons intégrée pour 2019 dans davantage de programmes » indique Catriona Dempster pour Kuoni. « Nous avons une formule croisière en 7 nuits Louxor/ Louxor +  2 nuits au Caire. Au vu du succès, nous avons ajouté une troisième nuit sur certaines dates » signale Armelle Le Scaon chez Visiteurs.

 

Des séjours plus longs

Fram joue les combinés entre mer Rouge et Nil. Travel Evasion fait de même en 15 jours « et l’été, le prix est tellement intéressant, avec horaires de visite aménagés pour éviter les grosses chaleurs, que ça marche! ». « La formule contribue à rehausser le panier moyen, à 800€ » concède Patrick Abenin.

« Les clients sont prêts à dépenser un peu plus que le prix d’appel pour cette destination exceptionnelle », selon le dirigeant de Travel Evasion. Dans une autre gamme de prix, le Club Med propose avec « Nubie éternelle » un troisième circuit Découverte cet hiver contre deux l’an dernier. Dans sa collection de circuits haut de gamme « Best », Kuoni programme l’Egypte avec des prestations adaptées à cette clientèle.

 

Plus de clubs de vacances en Egypte

Paradis des plongeurs, la mer Rouge et ses hôtels-clubs a fait les beaux jours de TO français installés en Egypte comme Fram et le Club Med. Depuis la fermeture du Club Med Sinai Bay 4 et 5 tridents à Taba en 2014, la place est vacante sur le créneau haut de gamme.

En 2016, Fram a rouvert un Framissima, le Continental Hurghada, auquel il a adjoint l’hiver dernier le bateau Lady Carol, second Framissima. Cet hiver, d’autres TO ouvrent un club sur la mer Rouge, comme Jet tours et Mondial Tourisme à Hurghada. Et bien sûr FTI Voyages, qui lance l’un de ses tout premiers Club Privilège au Labranda Makadi. La clientèle « jeunes » à la recherche de plages a déjà trouvé avec la mer Rouge une offre de soleil à prix doux. Avec les clubs, c’est le retour de la clientèle famille qui est visé.

 

Une destination sûre?

« La menace terroriste est chronique sur le territoire égyptien » dixit le ministère des Affaires étrangères français sur son site de Conseils aux Voyageurs. Le Quai d’Orsay a pourtant levé les restrictions sur Charm el-Cheikh en mai 2018 et réaménagé sa carte. Au mois de décembre, le Seto a compté « 2.500 touristes français en Egypte dont un millier sur la période du 28 décembre, lors de l’attentat qui a touché un minibus«  indique René-Marc Chikli.

« Nous avons appelé tous nos clients présents au Caire ou qui allaient s’y rendre, explique Catriona Dempster de Kuoni. Nous avons pu les rassurer, leur dire que l’on suit tout ce qu’il se passe en lien avec notre réceptif. C’est important aussi pour l’agence de voyages de savoir que le TO prend en charge ses clients ».

« Depuis les attentats de 2015 en France, les touristes français intègrent l’idée que le risque terroriste peut exister partout » explique Patrick Abenin qui rappelle « la présence de la police touristique sur et en dehors des sites égyptiens ».

Après les images de la place Tahrir durant le Printemps arabe, l’avion russe explosé en vol au-dessus du Sinaï en 2015 et l’assassinat de deux touristes allemandes, en juillet 2017, l’Egypte a encore du chemin à parcourir pour retrouver sa fréquentation historique. 14,7 millions de touristes étaient accueillis en 2010 ! Les Français ont apparemment choisi d’y contribuer.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (3)

  1. Certains ne retiennent que le prix. Ils sont prêts à prendre d’énormes risques concernant leur sécurité en se rendant en Egypte. La mort dans un récent attentat de visiteurs vietnamiens prouve que la destination est risquée comme d’ailleurs l’est toute l’Afrique.

    1. Même si la mort de ces touristes est tragique, quelle destination est encore sûre aujourd’hui ? La France et de nombreux pays européens ne sont guère plus sûrs de nos jours. Certes il y a des zones à éviter en Egypte mais les TO ne sont pas fous et n’y vont pas, alors pas d’alarmisme, profitons de ce magnifique pays et de l’accueil fantastique de ces habitants !

  2. Ça ne sera jamais la destination de l’année ! Le
    Comportement des égyptien et les condition déplorable de voyage sont incroyable !

    A FUIR !

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *