Alipay à la conquête du marché français

i-tourisme

Face aux touristes chinois de plus en plus nombreux à venir en France, le service de paiement sur internet se déploie un peu plus largement à Paris et en province. 

 

Chaque année le Nouvel An chinois entraîne la plus grande migration annuelle du monde. La période des festivités débutait cette année le 5 février et donnait lieu à une semaine “fériée” appelée Golden Week par les Chinois. Pour une bonne partie d’entre eux, ces quelques jours de congés sont l’occasion de partir à l’étranger. Cette année, les aéroports ont à nouveau été pris d’assaut, drainant notamment en Europe et en France de nombreux touristes venus de Pékin, Hong Kong ou d’ailleurs.

 

Pour la société de paiement chinoise Alipay, cette période est l’une des plus fructueuses de l’année. Aussi, elle relève qu’en février 2019, la valeur des transactions en magasin a été multipliée par deux par rapport à 2018. Si la capitale parisienne s’est bardée cette année encore de couleurs, lanternes et symboles chinois, ce n’est donc pas un hasard. En effet, la fréquentation touristique chinoise à Paris est au beau fixe depuis plusieurs mois et ne cesse d’augmenter (+3,9%). Aussi, le nombre d’achats dans les commerces parisiens sont logiquement à la hausse avec une augmentation de 420% du nombre de transactions dans les grands magasins pour la seule période du 4 au 10 février 2019. Avec un panier moyen de près de 1700 euros pendant son séjour, le touriste chinois reste l’une des nationalités les plus consommatrices.

 

700 millions de Chinois utilisent Alipay

 

Alors, toutes les méthodes sont efficaces pour attirer cette clientèle argentée. A commencer par la solution Alipay, utilisée par près de 700 millions de Chinois. Cette technologie permettant de payer grâce à son smartphone recouvre tous les aspects du quotidien. Outre son service principal de paiement, elle sert par exemple à appeler un taxi, débloquer une trottinette, réserver une table au restaurant ou encore prendre un rendez-vous chez son médecin. “Les Chinois accordent une grande importance à cet outil du quotidien qu’ils considèrent comme très fiable. C’est pourquoi 93 % d’entre eux seraient plus enclins à augmenter leurs dépenses si les solutions de paiement mobile comme Alipay étaient plus largement acceptées”, explique le porte-parole d’Alipay France, Jean-Cyrille Girardin. Et de compléter : “Nous pouvons ainsi les rassurer en leur proposant un service qu’ils ont l’habitude d’utiliser au quotidien dans leur pays et qui, de plus, a l’avantage d’avoir un taux de change compétitif”. Implantée dans l’Hexagone depuis 2016, Alipay essaie donc d’évangéliser son produit sur le territoire qui accueille près de deux millions de Chinois chaque année.

 

Des commerçants de plus en plus nombreux à utiliser ce service

 

Au départ cantonnés à la zone ultra touristique de la capitale, les services Alipay gagnent de plus en plus de points de vente dans la ville et s’exportent dans d’autres métropoles de province, telles que Lyon, Bordeaux, Marseille… Aujourd’hui, la palette de commerçants est très variée, allant des boutiques de luxe sur les Grands Boulevards, premières à le proposer en 2016, aux vendeurs indépendants, boutiques de souvenirs, hôtels et même supermarchés. “Nous collaborons avec de nombreux partenaires distributeurs, des banques plus nombreuses à présent”, précise Jean-Cyrille Girardin. Pour adhérer au service Alipay, le retailer doit signer un contrat avec un distributeur financier. Si sa banque n’est pas affiliée au réseau Alipay, il se rapproche d’un autre revendeur disposant de solutions techniques spécifiques pour faire des intégrations rapides et simples.

 

Si le dispositif s’étend aujourd’hui, il reste limité à la population chinoise. Il n’est, pour l’heure, pas envisagé qu’il soit développé pour d’autres nationalités. Alipay est pour l’instant seulement configuré pour la Chine (l’utilisateur doit posséder un numéro de téléphone chinois ainsi qu’un numéro de compte chinois) même si des pays asiatiques comme l’Inde songent à l’implanter.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *