Après Instagram, Facebook pourrait aussi évincer les likes

i-tourisme

Facebook teste actuellement une fonctionnalité qui a pour effet de masquer les mentions des publications afin de minimiser la course aux likes. 

 

C’est presque l’essence-même du réseau social qui pourrait être amené à disparaître. Le like, symbole de Facebook à travers ses levées de pouces, pourrait vivre ses dernières heures comme il a été constaté par Jane Manchun Wong, une blogueuse spécialiste des nouvelles technologies, sur son propre compte Facebook. La lanceuse d’alerte tient tout de même à préciser sur son blog  éponyme que cet indice n’est pas la preuve formelle que Facebook a pris la décision de supprimer définitivement les mentions « j’aime » : « Je ne saurais trop insister là-dessus car j’ai été envahie par des centaines d’utilisateurs d’Instagram très mécontents la dernière fois que j’ai découvert l’incroyable expérience cachée d’Instagram me demandant d’empêcher le déploiement de cette fonctionnalité comme si j’avais travaillé pour Instagram. Je suis juste ici pour vous montrer un futur possible de Facebook« , prévient-elle avant de détailler ses récentes remarques. La blogueuse, ingénieure de logiciels, explique avoir découvert que Facebook avait récemment commencé à prototyper une fonctionnalité permettant de cacher les réactions et marqueurs « j’aime » de l’application Android.

Cette annonce a un goût de déjà-vu puisqu’au début de l’été, Instagram annonçait réaliser des tests semblables dans sept pays parmi lesquels l’Australie, le Brésil, le Canada, l’Irlande, l’Italie, le Japon, la Nouvelle-Zélande. Par conséquent, il n’y a rien de surprenant à ce que l’initiative se déploie chez Facebook devenu acquéreur d’Instagram en 2012.

L’objectif n’a pas changé : en dissimulant les likes, Facebook souhaite dissuader les utilisateurs de se comparer de manière destructive aux autres et de se dévaloriser systématiquement si leurs publications n’obtiennent pas les retours escomptés.

 

Quand Facebook revoit son modèle

 

Cette remarque isolée de Jane Manchun Wong a été confirmée par Facebook auprès du média américain TechCrunch, spécialisé dans l’actualité des start-up. Cependant, la fonctionnalité n’est pas encore disponible pour les utilisateurs. Cette expérience a vocation à préserver la santé mentale des utilisateurs certes, mais ne semble pas sans intérêt pour Facebook. En effet, le fait de supprimer le nombre de lecteurs pourrait mettre moins de pression sur les utilisateurs et les encourager à partager plus librement et plus fréquemment. Alors que de plus en plus de jeunes utilisateurs basculent sur d’autres applications comme Instagram ou Snapchat, cette expérience pourrait ralentir le déclin de la popularité de Facebook.

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *