Suivez-nous grâce à nos newsletters S'inscrire

Economie

Le tourisme post-Covid en Occitanie est en pleine santé

Sur le canal du Midi

Crédit photo ©JL Armand Fédération française de cyclotourisme

Région Sud propice aux vacances, l’Occitanie a tiré son épingle du jeu avec la crise sanitaire. Les Français y ont pris leurs habitudes et les étrangers sont revenus cet été. Avec une mention très bien pour le littoral et la campagne. Jean Pinard, directeur du Comité régional du tourisme et des loisirs d’Occitanie, décode les tendances de la saison estivale et revient sur la stratégie visant les clientèles de proximité.

Jean Pinard dirige le Comité régional du tourisme et des loisirs d’Occitanie.
Crédit photo : CRTL Occitanie

Comment interprétez-vous les chiffres de l’été 2022 : + 12 % de clientèle étrangère par rapport à 2019 et +34 % de clientèle extra-régionale ?

Jean Pinard, directeur du CRTL d’Occitanie : « Ce qui change en 2022, par rapport à l’an passé, c’est que nous avons repris pratiquement +50 % de clientèle étrangère, tout en maintenant à peu près le même niveau de fréquentation de clientèle française. Ce qui explique nos très bons chiffres en 2022.

Les Français qui avaient l’habitude de partir au sud de l’Europe se sont plutôt repliés sur l’Occitanie aussi nous avons eu une très forte fréquentation de la clientèle française depuis 2020, qui s’est consolidée à l’été 2021. En Occitanie, l’été 2021 a été supérieur à 2019 ! Ce qui explique le paradoxe que nous avons cette année : à l’inverse des autres régions, nous avons une meilleure progression par rapport à 2019 qu’à 2021. »

 

Vous parlez de 1ère destination française, sur quels critères ?

J. P. : « On le dit sur trois critères. Pour l’appétence des clientèles françaises à l’année en Occitanie, comme en Nouvelle-Aquitaine. L’Occitanie fait la différence sur le non marchand, on est la région qui a le plus de résidences secondaires (525 000), ce qui engendre un volume de nuitées très important. En ajoutant les visites chez des parents et amis, nous dépassons les autres régions en nombre total de nuitées sur les clientèles françaises.

Le 3e critère qui joue est la part très importante des campings, dont des gros qui peuvent avoir jusqu’à 5 000 places.

Ces trois critères engendrent un énorme volume de nuitées sur la clientèle française sur la période estivale. Mais le marchand ne progresse pas aussi vite que le non marchand. »

 

Quelles sont les destinations les plus fréquentées ?

J. P. : « On a la chance d’avoir dans cette région tous les univers de consommation possibles entre les métropoles et de petites villes, du littoral, de la montagne et de la campagne. C’est la campagne qui a le plus tiré profit de la crise. Et ce, dans sa dimension premium avec le slow tourisme, l’épicurisme, c’est l’image du Gers, du Lot, du Canal du Midi… L’autre campagne qui a progressé, c’est celle avec des activités sportives comme en Lozère, en Aveyron, dans le Tarn ou l’Ariège.
Le deuxième univers de consommation qui a retrouvé des fréquentations record, c’est le littoral. De manière paradoxale, les Pyrénées marquent le pas depuis trois ans. »

Des randonneurs dans l'Aubrac sur le chemin de Saint-Guilhem
Crédit photo : Charline Poullain

C’est plus difficile pour le tourisme d’affaires et le thermalisme ?

J. P. : « Comme partout il y a moins d’activités de tourisme d’affaires dans les villes.

Nous sommes la première région thermale de France avec 200 000 curistes par an, mais les établissements ont été fermés pendant la Covid. On est à 75 % de fréquentation parce qu’il y a des clientèles qui ne viennent plus et le renouvellement ne s’est pas fait totalement.

L’enjeu est dans la diversification des stations thermales et dans l’accès au bien-être, la prévention et les soins de suite sont des pistes de travail.

 

Il en est de même pour le tourisme spirituel ?

J. P. : « Lourdes n’a pas retrouvé son niveau de 2019, même s’il y a de très bons retours de clientèles étrangères. C’est quand même un positionnement unique, Lourdes se cherche un second souffle. Il y a une réflexion autour du vélo et des sports de pleine nature, autour d’un palais des congrès. L’idée consiste à faire de Lourdes l’entrée dans le massif des Pyrénées. Mais la difficulté est qu’une offre conçue pour les pèlerins n’est pas tout à fait la même que pour les touristes, les attentes ne sont pas les mêmes, les équipements non plus. Il y a un temps d’adaptation avec des hôteliers très volontaires.

 

Quelle est la stratégie du Comité régional du tourisme et des loisirs d’Occitanie ?

J. P. : « On cherche un équilibre entre trois catégories de clientèles. À commencer par celles de proximité, car les habitants d’Occitanie prennent leurs vacances principales ici, c’est une particularité régionale car la région est grande et il fait beau. Les enjeux de croissance sont plus à chercher dans les clientèles de proximité et dans la pratique des consommations de loisirs. Un tiers de l’économie touristique est le fait des clientèles de proximité. Il faut que les gens profitent des équipements, qu’ils fassent du sport, découvrent des musées… 40 % des Français ne partent pas en vacances. Il faut accompagner les clientèles qui n’ont pas l’habitude de consommer par de l’information sur les activités et un petit coup de pouce financier, que ce soit les comités d’entreprises, les chèques vacances… Un gros travail est fait avec le billet de train à 1€, la carte OCC’ygène (NDLR. qui donne droit à des réductions, selon le quotient familial).

Pour les clientèles nationales, il faut faire valoir l’Occitanie, qui a la taille d’un pays, comme une destination incontournable. Et pour les clientèles internationales, en particuliers européennes, nous avons huit contrats de destinations avec Atout France pour asseoir la notoriété.

Auteur

  • Propos recueillis par Charline Poullain
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format