La Guadeloupe aura-t-elle 1 million de touristes en 2020?

Destination

Le tourisme de séjour en croissance sur un an (+13%) se diversifie dans les îles de Guadeloupe. Le nombre de visiteurs dans l’archipel antillais a atteint en 2018 un record. Grâce aux 38.000 sièges d’avion de plus cet hiver, la Guadeloupe devrait enregistrer de nouvelles progressions.

 

Les îles de Guadeloupe ont atteint en 2018 un nouveau record: 1.166.200 visiteurs dont près des deux tiers en tourisme de séjour (735.200, soit 63,4%). Avec l’extension de l’aéroport de Pointe-à-Pitre (247 M€ d’investissements), le Drom se prépare à de nouvelles hausses de fréquentation.  Sur l’hiver 2019, le Comité du tourisme des îles de Guadeloupe annonce 38.000 sièges d’avion supplémentaires, malgré la faillite de XL Airlines.

 

Pour le marché belge, luxembourgeois et nordiste, au départ de Bruxelles Charleroi  –c’est nouveau- Air Belgium opérera deux vols triclasses par semaine (mercredi et samedi) sur Fort-de-France et Pointe-à-Pitre à partir du 7 décembre. Face au succès des réservations, l’opérateur a annoncé prolonger sa desserte durant l’été 2020.

 

Sur les liaisons avec l’Amérique, Jet blue (qui a remplacé Norwegian) offre 3 vols par semaine (lundi, mercredi, samedi). Et sur Montréal, Air Canada passe à 4 vols hebdo en haute saison. Plusieurs autres compagnies augmentent leurs capacités depuis l’Hexagone: Level passe en quotidien (contre 5 vols hebdo), Air France augmente à 3 vols par jour ses rotations entre Orly et Pointe-à-Pitre…

 

Une clientèle touristique qui se diversifie

Selon les chiffres de l’Observatoire régional du tourisme, la Guadeloupe séduit des voyageurs plus jeunes et plus aisés. Les moins de 40 ans représentent en effet 47% des clients en 2018 (contre 36% en 2015) et les CSP+, 39%, en hausse de 4 points sur 2015. Les recettes en provenance du tourisme de séjour (728M€) ont augmenté de 7% en un an.  Quant aux 431.000 croisiéristes (36,9% du total des visiteurs), avec un budget moyen de 82€, ils ont rapporté 85 M€ de recettes touristiques en 2018.

 

En termes d’activités, sur une durée moyenne de 14 jours en tourisme de séjour, les vacanciers en Guadeloupe choisissent à une large majorité le sud de Grande Terre (48%) et ses plages (plus de 70%). La destination a su les séduire puisque le taux de touristes repeaters atteint 69% ! Avec le Comité du tourisme des îles de Guadeloupe, on note le niveau intéressant de fréquentation du Memorial ACTe (18% des touristes en 2018). L’équipement culturel ouvert en 2015 sur le sujet de l’esclavage a trouvé son public. Il accueille jusqu’au 29 décembre l’exposition « Le Modèle noir » présentée précédemment au Musée d’Orsay, à Paris.

 

Les touristes en provenance de  l’Hexagone restent la première clientèle (59%) de l’archipel antillais. Néanmoins leur part est en baisse de  4 points en deux ans, au profit des visiteurs de la région (Martinique, Saint-Martin/ Saint-Barthélemy, Guyane). Les Nord-Américains, plus nombreux, ont profité des vols mis en place par Norwegian au départ de New York ou Montréal, ainsi que des escales en croisière.  Ils représentent toujours  5% du total de la clientèle, comme l’ensemble des marchés européens hors France (4%).

 

Une hôtellerie en mouvement

Du côté de l’hôtellerie haut de gamme en Guadeloupe, la Toubana Hôtel & Spa (150 chambres) a reçu sa cinquième étoile. L’inauguration  a eu lieu le 12 octobre. A Grande-Terre, le Village « La Caravelle » du Club Med a rouvert ses portes le 24 octobre pour les vacances de la Toussaint. Agrandi, doté d’équipements refaits à neuf (mini-club, spa, terrains de sports…), il offre 140 nouvelles chambres dont 30 réservées aux adultes dans l’espace Oasis Zen.

 

Une nouvelle structure, l’Habitation La Manon 4* à Pointe-Noire (Basse-Terre) doit ouvrir dans le courant du mois de novembre. En chambre d’hôtes pour une capacité d’accueil de 18 personnes, le lieu héberge aussi un écomusée avec un circuit balisé dans une plantation (café, cacao, vanille) de 2 hectares.

En catégorie 3*, l’hôtel St-Georges (40 chambres) à Basse-Terre (Saint-Claude) a ouvert ses portes le 11 octobre. Et le Bois Joli 3* aux Saintes propose 29 chambres entièrement rénovées.

 

Des défis à relever

Avec force événements sportifs et festifs, les îles de Guadeloupe bénéficient d’un dynamisme attractif. Se relevant des ouragans José, Irma et Maria (en 2017), le Comité du tourisme des îles de Guadeloupe espérait accueillir un million de touristes en 2020.  La diversification des marchés doit encore s’accentuer.

 

L’archipel devrait ainsi augmenter la part des voyageurs en provenance de pays d’Europe (Allemagne, Italie, Suisse) et d’Amérique du Nord. Car la desserte américaine profite surtout aux Guadeloupéens -une des raisons du retrait de Norwegian. Autre élément de progression, la croisière. Les difficultés de Saint-Martin, après le passage des ouragans, ont pu « profiter » à la Guadeloupe en 2017. Mais la courbe du nombre de croisiéristes s’est infléchie en 2018.

 

Reste le problème des sargasses qui touche toute la région Caraïbes. L’invasion des côtes et plages par ces algues brunes toxiques a fait l’objet d’une conférence internationale le 26 octobre à Pointe-à-Pitre. On attend les premiers éléments de la coopération internationale annoncée à cette occasion.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *