Menu
S'identifier

E-Tourisme

Les SeaBubbles, ces taxis volants de retour à Paris

Publié le : 16.09.2019 I Dernière Mise à jour : 16.09.2019

Image

La préfecture d'Ile-de-France vient d'autorisation la start-up SeaBubbles à faire naviguer ces taxis volants sur la Seine pour une phase de test. 
 
Le bateau est-il l'avenir de la mobilité urbaine ? Alors que la voiture trouve de moins en moins sa place au sein des artères embouteillées de la capitale, des solutions écolos et alternatives pour se déplacer voient le jour. La Seine devrait en effet accueillir sur ses voies navigables des "taxis volants" appelés "SeaBubbles". La préfecture de la région Ile-de-France vient de donner son feu vert pour l'expérimentation de circulation d'un bateau SeaBubble sur le fleuve du 16 au 20 septembre. Comme le souligne un communiqué de presse de la préfecture de la région d’Île-de-France, la start-up à l'origine de ce projet a répondu à tous les critères du cahier des charges : "La présentation d'un dossier technique conforme à la réglementation qui lui est applicable, suivie de la délivrance d'un titre de navigation pour le bateau de l'entreprise SeaBubbles (...) ainsi que la mise à disposition par Ports de Paris d'une escale prévue sur le port de Bercy".
L'engin 100% électrique sera autorisé à naviguer à une vitesse maximale de 30km/h sur un itinéraire délimité entre Issy-les-Moulineaux et Bercy, entre 8 heures et 10 heures le matin et entre 15 heures et 17 heures l'après-midi. Conçus par la start-up du même nom, les SeaBubbles calquent le modèle de l'hydroptère, un voilier imaginé par le navigateur Alain Thiébault, pouvant naviguer hors de l’eau. Ces petits bateaux blancs en forme de bulles sont toutefois 100% électriques et donc autonomes pendant les sorties sur l'eau. Lorsqu'elle atteint 12 km/h, la bulle commence à voler au-dessus de l'eau à environ 50 cm au dessus des vagues, évitant ainsi le mal de mer, les mouvements brusques ou le déferlement des vagues. Pouvant accueillir jusqu'à cinq passagers, le taxi volant se recharge durant 35 minutes, lorsqu'il est à quai.

 

Une nouvelle forme de mobilité propre

 

Auteur

  • Clotilde Costil

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format