Laval Virtual : AR/VR, quels enjeux pour le tourisme ?

i-tourisme

Vingt-et-un ans après ses débuts, le Laval Virtual continue de s’imposer comme la référence des technologies immersives sur la scène internationale. Développées dans des secteurs de pointe à leurs débuts, elles sont aujourd’hui intégrées dans de nombreux champs d’activités, à commencer par le tourisme.

 

 

Loin de la foule des halls d’expositions du Laval Virtual, des artistes exposants se sont retirés dans le jardin de la Perrine de Laval. A l’entrée de l’espace vert, sur la gauche, l’orangerie abrite une création artistique dépaysante faisant collaborer scientifiques, anthropologues et artistes. Dans cette pièce aux murs blancs, un tableau de bandes noires et blanches, un mobile recréant de l’art préhistorique et un ordinateur auquel sont branchés de nombreux câbles ainsi qu’un casque VR, élément central de l’exposition. Tout se passe derrière ce casque. A ce moment précis, la pièce aux murs et carrelage blancs disparaît pour laisser place à une grotte, celle de Saulges en Mayenne, vieille de 30 000 ans. Le visiteur coupé du monde grâce à son casque découvre un espace à 360° recouvert de fresques, se déplaçant entre les cavités qui jalonnent le sol. Sa vue n’est pas le seul sens sollicité. Le toucher lui permet de faire apparaître des peintures rupestres et au-dessus de sa tête s’étend un ciel étoilé. En l’espace de six minutes, la réalité virtuelle a fait voyager le visiteur dans le temps et dans l’espace, sans même qu’il change de lieu physique.

 

Avec 320 exposants cette année, les champs d’application de la réalité augmentée et virtuelle sont énormes : l’industrie avec par exemple des essais de production de matériel aéronautique, le retail avec des hologrammes humains créés pour les plus grandes marques de luxe ou encore la construction et le bâtiment avec des solutions qui permettent de visualiser sa future maison en 3D. Le tourisme et le secteur des loisirs ne sont pas en reste puisque de jeunes pousses continuent chaque jour d’améliorer leur créativité et donc l’expérience client.

 

Pour comprendre les apports des technologies immersives dans le secteur du tourisme, il est nécessaire de bien savoir différencier réalité augmentée et réalité virtuelle. “La réalité augmentée, c’est simple, c’est Pokemon Go”, résume Nicolas Toueille, Responsable Communication du Laval Virtual. “On ajoute simplement une information à la réalité”. A l’inverse, la réalité virtuelle invite à s’immerger dans un univers totalement déconnecté de celui dans lequel l’individu se trouve. Pour cela, l’outil indispensable, c’est le masque. La réalité virtuelle va bien plus loin dans les sensations provoquées, dans le sens où elle trompe le cerveau. “Les sens sont beaucoup plus sollicités, on diminue par exemple la douleur de 30% pour les grands brûlés”, précise Nicolas Toueille.

 

Parce que la VR/AR efface les frontières temporelles et spatiales, qu’elles exacerbe certaines sensations et peut résoudre certains problèmes logistiques (tourisme de masse, cherté des voyages), les possibilités dans le tourisme semblent illimitées. Pourtant, “nous sommes encore à l’état de défrichage, au tout début de l’utilisation de ces technologies dans le secteur des loisirs”, indique le responsable communication du salon. Pour sa 21e édition, le Laval Virtual n’a pas fait l’économie des solutions adaptées aux touristes. Petit tour d’horizon des possibilités offertes par ces technologies :

 

Remonter dans le temps avec Paélograph’, l’installation immersive de la compagnie Little Heart Movement pour le musée de Préhistoire et Grottes de Saulges. Ailleurs dans la ville, les visiteurs peuvent aussi visiter le château, munis de tablettes et d’une application pour revivre le Laval médiéval.

 

Vivre des expériences sportives sans même bouger de son canapé avec le Laval Mayenne Connexion qui propose une balade en kayak sur la rivière Mayenne.

 

Transformer la ville en terrain de jeu avec Augmenteo ou Hootside

 

Connaître un lieu culturel emblématique dans ses moindres détails et proportions grâce à HoloForge Interactive, qui redonne vie avec le musée des plans relief, à la carte du Mont-Saint-Michel.

 

Transformer une ville en dessin animé avec Theoriz, un studio de création spécialisé dans la conception d’installations immersives et de spectacles audiovisuels innovants, comme à la Fête des Lumières par exemple.

 

Faire des rencontres insolites avec Targo, qui produit des documentaires immersifs donnant à voir des lieux spectaculaires difficiles d’accès, comme la cathédrale de Paris et l’homme qui se cache derrière, le Recteur-Archiprêtre de Notre-Dame, Patrick Chauvet.

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *