Le Costa Rica, petit pays devenu destination tech de premier plan

i-tourisme

Le Costa Rica regorge de surprises, à commencer par son engagement dans le développement d’une économie numérique, favorable aux entreprises étrangères. 

 

Ce pays d’Amérique latine qui couvre 1% de la surface du globe n’en finit pas de séduire les touristes. Et surtout les touristes français. Outre sa culture du café et sa nature d’une grande générosité, le Costa Rica surprend par sa capacité à se réinventer et à se positionner à l’avant-garde de tous ses pays voisins. Engagé dans la préservation de la nature inscrite dans la Constitution costaricaine depuis une vingtaine d’années déjà, le gouvernement concentre également ses efforts sur les technologies et l’éducation depuis plusieurs années.

 

Des opportunités en matière d’innovations

 

Le pays limitrophe du Nicaragua et du Panama dispose de nombreux atouts pour devenir un pôle technologique de premier plan en Amérique latine. Outre le fait que le pays soit une démocratie stable depuis plusieurs années, il s’agit de la deuxième économie d’Amérique Centrale (derrière le Guatemala). La raison de cette bonne santé économique tient aux réformes de ces dernières décennies :  le Costa Rica a mis en œuvre une transformation sociale et économique profonde depuis les années 1980 axée sur l’ouverture à l’exportation et la diversification productive. Certains secteurs, comme les services, ont participé à cette croissance et permis d’accueillir des entreprises de haute technologie et des investisseurs étrangers dans la région.

 

Dans son dernier rapport d’analyse de l’économie costaricaine (2018), l’OCDE considère que l’économie costaricaine a l’opportunité de se spécialiser dans des domaines moyennement et hautement technologiquement intensifs.

Cette spécialisation dans les nouvelles technologies remonte à la fin des années 1990 quand Intel a ouvert la plus grande usine de puces électroniques de la région, incitant d’autres grands groupes à lui emboîter le pas comme IBM, Microsoft, ou encore Amazon. La stratégie de transformation numérique du pays repose essentiellement sur deux piliers : l’investissement dans le développement du secteur privé, en attirant des entreprises étrangères spécialisées dans les nouvelles technologies et l’utilisation de la technologie par les institutions publiques. Le pays est ainsi très ouvert au commerce extérieur qui représente 66% du PIB. Outre des droits de douane relativement bas, l’Etat propose aux entreprises expatriées de nombreux avantages. Celles-ci sont attirées par la faiblesse des coups et la compétence des hommes en matière d’innovation.

 

Une économie jeune et dynamique

 

 

L’éducation costaricaine est particulièrement axée sur les matières technologiques. Selon le journal économique chilien Diario El Financiero, à partir des années 2000-2015, le nombre de diplômés en technologies et sciences exactes est passé de 26 469 à 104 280. Ainsi, nombre de sociétés de nationalité américaine ou mexicaine, qui font partie des principaux partenaires du Costa Rica, font le choix de l’externalisation proche plutôt que de se délocaliser dans des contrées plus lointaines, en Asie par exemple. A leur arrivée, elles sont accueillies dans des parcs technologiques, l’autre nom des technopoles français, où s’appliquent des avantages fiscaux rendant les investissements dans ces zones plus attractifs. Enfin l’autre spécialité du Costa Rica se trouve du côté de la Fintech. Les entreprises dans ce domaine ont connu une croissance de 400% par rapport à 2017 selon Finnovista, une plateforme latino-américaine spécialisée dans la finance numérique.

Cette économie en développement, jeune et stratégique offre des conditions idéales pour tous les expatriés, qu’ils soient entrepreneurs en devenir, digital nomad ou simples touristes. Derrière ce tableau idyllique, ces derniers doivent aussi être conscients de certains risques conjoncturels qui viennent quelque peu ternir sa réputation. D’après le site France Diplomatie, le Costa Rica figure en vigilance renforcée sur la carte sécuritaire.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *